Aurélie répond à la question : Qu’est-ce qu’un bon amant ?

You are currently viewing Aurélie répond à la question : Qu’est-ce qu’un bon amant ?

Qu’est-ce qu’un bon amant ? C’est la question à laquelle Aurélie a bien voulu réagir avec ce premier témoignage. En effet, depuis maintenant plus de 2 ans, je t’offre des conseils sur de multiples sujets. Mais finalement, ce n’est que mon expertise. Tu pourrais souhaiter d’autres avis. C’est pour cela que j’ai eu l’idée de proposer de te donner la parole pour répondre aux interrogations suivantes :

  • Qu’est-ce qu’un bon ou une bonne partenaire ?
  • Qu’est-ce qui les définit ?
  • En quoi cela aide-t-il mon couple à être heureux et à durer ?

Pour regarder cet article sur Youtube, il te suffit de cliquer ici.

Je t’invite à venir participer à cette nouvelle rubrique dans laquelle tu pourras librement t’exprimer sur le site. Pour ce faire, tu dois te rendre ici et à me faire part de ton envie de témoigner. Il est maintenant temps de laisser la parole à Aurélie.

Aurélie témoigne - Qu'est ce qu'un bon amant ?

Présentation

Je m’appelle Aurélie, j’ai 38 ans, je suis hétérosexuelle et je suis célibataire depuis autant d’années pour ainsi dire. Ma plus longue relation ayant duré deux ans en pointillés, voilà pourquoi je dis que je suis célibataire depuis toujours.

Même si je n’ai jamais rêvé à me marier, que je n’ai jamais cherché à « me caser », il n’y a que quelques années en réalité que j’ai compris que je n’étais pas faite pour une relation à long terme. Ça ne correspond pas à ma vie.

Ma vie est faite de voyages en solo à travers le monde, j’ai longtemps vécu dans mes sacs à dos. Je voyage moins aujourd’hui, mais vis toujours à l’étranger, dans une ville cosmopolite. Avec cette vie, j’ai rencontré beaucoup d’hommes, de cultures, de nationalités et d’horizons différents.

Mes plaisirs

J’aime le sexe, comme un plaisir de la vie. Un plaisir à partager, comme un bon verre de vin ou une soirée entre amis autour d’un repas. Je le détache donc complètement du côté affectif, même si pour l’avoir connu, et par mon expérience, le sexe avec sentiments réciproques est mille fois mieux que le sexe sans sentiment. Je dis souvent désormais que le sexe sans sentiment, c’est comme un plat indien sans épices : bon, mais souvent fade.

Pourtant, le sexe sans sentiment est ce que j’ai le plus expérimenté jusqu’à présent. Je couche en général une seule fois avec un homme. Il arrive que ce soit deux, voire trois, mais en général, j’évite. Une forme de protection pour moi, parce que forcément, le sexe, c’est ce qu’il y a de plus intime. Et je ne veux pas m’attacher, je n’ai pas la vie pour (je ne suis pas contre, c’est juste que jusqu’à présent, ce n’est pas ce dont j’ai envie).

Mes rencontres

J’ai couché avec des hommes rencontrés sur des pistes de danse dont je ne connaissais même pas le prénom, de manière animale, une attirance chimique puissante. Mais J’ai aussi couché avec des hommes rencontrés sur Tinder, et avec qui j’étais très claire sur mes intentions (un moment de plaisir charnel partagé dans le respect mutuel), et que ça leur convenait. J’ai couché avec des amis d’amis rencontrés en soirée et revus plus tard. J’ai couché avec un homme que j’aimais, qui m’aimait, une relation exclusive et passionnelle. Bref, un peu tous les contextes qu’on peut imaginer dans notre monde moderne, où l’on peut rencontrer des gens, et que les choses se font, plus ou moins naturellement.

Si je repense un peu à ces partenaires sexuels que j’ai eus, d’un soir pour la plupart, je m’amuse de constater qu’ils sont tous aussi différents les uns que les autres, tant par leurs âges, leurs apparences physiques, leurs personnalités. Pourtant, il y en a 3 qui sortent du lot. Peut-être 4. Qui m’ont marquée, parce qu’ils étaient de bons amants, parce que le sexe avec eux était d’une autre dimension. Mais en fait, ces ébats charnels n’avaient rien d’exceptionnel. Ils étaient juste ce que j’attends d’une relation sexuelle normale : avoir du plaisir.

C’est un peu déprimant quand j’y pense. Je ne sais pas avec combien d’hommes j’ai couché, peut-être une centaine si je fais des maths (5 par an depuis 20 ans ?). Si mes maths sont correctes, ça veut dire que sur le lot, j’ai été pleinement satisfaite qu’avec… 3 ou 4 % d’entre eux !

Vous allez dire que c’est que je suis exigeante, sans doute.

Qu’est ce qui sort du lot les bons amants ?

s'exprimer dans le couple

Si je repense à ces trois ou quatre amants qui m’ont marquée et qui ressortent du lot immédiatement, quels sont leurs points communs ? Qu’est-ce qui fait que le sexe avec eux m’a procuré autant de plaisir ?

La taille de leur sexe ? Ah ! Ah ! Légende urbaine ! En ce qui me concerne, j’ai constaté que la circonférence peut avoir une importance, pas la taille (longueur). Ces 4 amants avaient des sexes lambdas, l’un d’entre eux avait une verge très grande et grosse d’ailleurs, et c’est en fait lui qui est le 4e que j’hésite à mettre dans ces amants d’exception, justement parce que son sexe était trop grand et m’empêchait d’avoir autant de plaisir que s’il avait été plus petit. Mais il savait y faire pour combler cela. 😊

Alors quoi, des pratiques de folies ? Non, parfois même, même pas de pénétrations, quelles qu’elles soient.

Le point commun de ces (trop) rares amants, c’était tout simplement qu’ils avaient compris comment donner du plaisir à une femme, et qu’en comprenant ça, ils avaient compris que plus une femme a du plaisir, plus eux en avaient.

Comment ? En comprenant que nous sommes bien différents d’eux, les hommes. Que chez nous, ce n’est pas juste mécanique comme pour les hommes. Et surtout, surtout, surtout… Que nous n’étions pas juste des vagins !

De trop rares spécimens !

couple enlacé
Dainis Graveris – unsplash

Alors quand je dis ça, la plupart des mecs disent « oui, évidemment ! ». Sauf que dans la réalité, dans mon cas en tout cas, la grosse majorité des mecs ne le mettent pas en pratique.

Concrètement, passé les préliminaires, ils oublient notre corps, et se concentrent sur le vagin, ou l’anus, enfin bref, ce qui se passe entre nos jambes. Exit les caresses sur le buste, les mordillements des tétons les caresses dans le dos, sur les bras, les doigts, les cuisses, les mollets, le cou, les oreilles… Mon corps, bordel ! TOUT mon corps ! Pendant TOUTE la durée de l’acte, et pas juste sur les préliminaires pour faire chauffer la machine.

Parce que ce que font la grosse majorité des mecs, c’est qu’une fois qu’ils ont réussi à nous faire mouiller, hop ! C’est bon, on est prête ! Mais non ! On a besoin d’attention, de caresses, de jeu, de bisous, TOUT le temps, TOUTE LA DURÈE de l’acte sexuel ! À croire que les « efforts » faits pour les préliminaires sont trop demandés pour les faire durer jusqu’à la fin…

Et ça, c’est là où les 3-4 hommes qui ressortent de mes expériences sexuelles excellaient : ils s’occupaient de TOUT mon corps, pendant TOUTE la durée de l’acte sexuel.

Le secret ?

dormir en couple nus

En gros, ils pensaient à donner avant de recevoir, parce qu’ils avaient compris qu’en donnant du plaisir, ils recevraient bien plus. Ça parait tellement bateau, tellement évident ! Pourtant, je suis peut-être poisseuse, mais je ne le pense pas, seuls 4 des hommes que j’ai rencontrés ont su le mettre en application, systématiquement.

Ces hommes, bizarrement, je les ai revus plus d’une fois. 😉 L’un d’entre eux était l’homme avec qui j’ai une ma plus longue relation et dont j’étais amoureuse, mais pour les trois autres, ce n’était pas le cas : un amant de voyage dans un village d’Amérique du Sud où je suis restée quelques semaines, un amant Tinder que j’aurais dû voir qu’une fois, mais le sexe était tellement bon que…, et un amant rencontré dans un bar de la ville où j’habitais, revu quelques fois en quelques jours, aussi parce que le sexe était vraiment chouette. Des contextes bien différents donc.

Le sexe étant l’un des plaisirs de la vie, de ma vie en tout cas, je ne conçois pas une relation durable sans un homme qui me donnerait ce plaisir-là. Il m’est arrivé une fois d’arrêter une relation très précocement, parce que ça ne le faisait pas du tout à ce niveau-là. C’est radical, mais il m’est impossible de m’imaginer avec un homme sur du long terme, s’il ne sait pas me donner ce plaisir sexuel, qui n’est pourtant pas compliqué à donner. Il ne réside pas dans la technique ou des pratiques ou des accessoires. Il réside dans la compréhension des besoins de la femme.

J’ai essayé quelques fois d’en discuter avec des hommes, réceptifs lors du dialogue. Outrés d’entendre que « les autres » ne le faisaient pas. Mais qui dès qu’on passait à l’acte, reprenaient leurs habitudes : préliminaires, puis femme-vagin (avec trois caresses sur les seins vite fait en passant).

Un résumé en chanson

J’ai découvert cette chanson dérangeante de George Brassens il y a une dizaine d’années. Qui en fait l’homme avec qui j’aurais adoré coucher, persuadée qu’il devait être l’un de ces amants d’exception, parce que pour écrire cela, il avait tout compris :

La femme qui possède tout en elle
Pour donner le goût des fêtes charnelles,
La femme qui suscite en nous tant de passion brutale,
La femme est avant tout sentimentale.
Main dans la main les longues promenades,
Les fleurs, les billets doux, les sérénades,
Les crimes, les foli’s que pour ses beaux yeux l’on commet
La transportent, mais…

Refrain :
Quatre-vingt-quinze fois sur cent,
La femme s’emmerde en baisant.
Qu’elle le taise ou le confesse
C’est pas tous les jours qu’on lui déride les fesses.

Les pauvres bougres convaincus
Du contraire sont des cocus.
A l’heure de l’œuvre de chair
Elle est souvent triste, peuchèr’ !
S’il n’entend le cœur qui bat,
Le corps non plus ne bronche pas.

Sauf quand elle aime un homme avec tendresse,
Toujours sensible alors à ses caresses,
Toujours bien disposé’, toujours encline à s’émouvoir,
Ell’ s’emmerd’ sans s’en apercevoir.
Ou quand elle a des besoins tyranniques,
Qu’elle souffre de nymphomani’ chronique,
C’est ell’ qui fait alors passer à ses adorateurs
De fichus quarts d’heure.

{Refrain}

Les « encore », les « c’est bon », les « continue »
Qu’ell’ cri’ pour simuler qu’ell’ monte aux nues,
C’est pure charité, les soupirs des anges ne sont
En général que de pieux menson(ges).
C’est à seule fin que son partenaire
Se croie un amant extraordinaire,
Que le coq imbécile et prétentieux perché dessus
Ne soit pas déçu.

{Refrain}

J’entends aller bon train les commentaires
De ceux qui font des châteaux à Cythère :
« C’est parce que tu n’es qu’un malhabile, un maladroit,
Qu’elle conserve toujours son sang-froid. »
Peut-être, mais si les assauts vous pèsent
De ces petits m’as-tu-vu-quand-je-baise,
Mesdam’s, en vous laissant manger le plaisir sur le dos,
Chantez in petto…

{Refrain}

« Quatre vingt quinze pour cent » – Georges Brassens

Le titre de cette chanson est « quatre-vingt-quinze pour cent ». Je constate qu’elle colle finalement assez bien à mes expériences. Mes copines casées ne l’avouent pas, les mecs quant à eux sont tellement persuadés de ne pas faire partie de ces 95 % qu’ils ne se remettent jamais en question (nous ne les aidons certes pas en simulant si souvent, mais cela est un autre sujet…).


Je remercie vivement Aurélie d’avoir bien voulu témoigner et plus difficile encore à débuter dans ce nouveau format d’article.

Donc, si toi aussi tu as envie de raconter ce qu’est pour toi un bon ou une bonne partenaire, je t’invite à me contacter dans le menu « contact » tout simplement. Les témoignages restent anonyme comme tu peux parfaitement le voir ici. Ce n’est de ce fait surtout pas une question de timidité.

Viens dès maintenant nous en apprendre un peu plus sur les critères qui font pour toi les partenaires idéaux.

J’attends très vite les premiers témoignages.

Cet article a 10 commentaires

  1. Lola Plumeti

    Une merveilleuse idée, pleine d’authenticité. Merci à Aurélie de se livrer en toute sincérité…

    1. Harmonie Des Corps

      Merci Lola et Merci Aurélie. J’attends les prochaines personnes qui auront envie de se livrer sur ce sujet. Il peut en effet y avoir autant de réponse possible que de participant(e)s, même s’il y aura surement des points communs.

  2. Aurelie

    J’espère que mon témoignage donnera envie à d’autres femmes de partager le leur. Merci à Harmonie des Corps de permettre d’aborder, dans le respect et la bienveillance, ces sujets habituellement si confidentiels.

    1. Harmonie Des Corps

      Merci à toi d’avoir oser faire ce premier pas qui est toujours le plus difficile et qui je l’espère va ouvrir la voie pour d’autres témoignages qui seront j’en suis sûr tout aussi riches et intéressants que le tien.

  3. Nicolas

    Très bonne idée ces témoignages !! Cela permet de voir des points de vue différents des normes. Le témoignage d’Aurélie est très honnête et sincère. Merci à vous deux

    1. Harmonie Des Corps

      Merci Nicolas. Je pense que cela peut aussi permettre à d’autres lecteurs de remettre leurs propres attentes en perspective. C’est toujours important d’avoir une vue d’ensemble des possibilités qui s’offrent à soi.

  4. Virginie

    C’est sympa ce concept de témoignages anonymes :). Merci à Aurélie de s’être prêtée au jeu avec autant d’authenticité et d’expertise… Tr§s intéressant comme partage d’expérience 🙂

    1. Harmonie Des Corps

      Merci Virginie. Tu as raison, Aurélie est entière et nous livre sa vérité de la relation à l’autre avec conviction.

  5. Detelina

    Cet article me donne des points de vue complètement différents du mien. C’est intéressant, intrigant et je dirais même décoiffant parfois. Merci Harmonie des corps de nous ouvrir de nouveaux horizons.

    1. Harmonie Des Corps

      Merci Detelina, c’est toujours intéressant d’avoir d’autres points de vue, ne serait-ce que pour la comparaison avec ses propres attentes et ressentis.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.