Doit-on en finir avec le soutien-gorge ? Le « No Bra », une tendance ou une liberté pour la femme ?

You are currently viewing Doit-on en finir avec le soutien-gorge ? Le « No Bra », une tendance ou une liberté pour la femme ?
Cottonbro studio - Pexels

Le soutien-gorge ou brassière est une pièce de lingerie uniquement destinée à présenter une forme spécifique aux poitrines féminines. Aujourd’hui, c’est aussi un symbole pour certains courants de l’enfermement de la femme et nombreuses sont celles qui le renient au nom du féminisme. Alors ? Tendance, message politique, besoin de se libérer ? Quels sont les avantages de se passer de soutien-gorge ? C’est ce que je te propose de découvrir dans cet article.

Pour voir cet article sur YouTube – Clique ci-dessous.

1. Une invention récente

la mauvaise habitude de trop utiliser de sextoys vibrants

Historique

Beaucoup pensent qu’il existe depuis la nuit des temps, d’ailleurs dans les films la représentation de la femme préhistorique se fait souvent avec une sorte de soutien-gorge confectionné en peau de bête. Pourtant, celui-ci n’a réellement été inventé qu’au début du siècle dernier, juste avant la Première Guerre mondiale. C’était ainsi la première fois qu’une étoffe renforcée était uniquement conçue pour cette partie spécifique de l’anatomie.

Le corset existait déjà par le passé, mais il était avant tout destiné, non pas à soutenir la poitrine, mais à affiner la taille. Un peu trop d’ailleurs, d’où les pâmoisons fréquentes des dames que ces carcans empêchaient de respirer, mais aussi de digérer convenablement les faibles quantités de nourriture qu’elles étaient seulement capables d’ingurgiter. Certes, l’effet de maintien, mais surtout la compression de la poitrine donnait un galbe attractif aux seins qui étaient mis encore plus en valeur en dépassant des robes.

Un bon en avant après la Seconde Guerre mondiale

Cependant, même s’il voit le jour au début du XXe siècle, il faudra attendre la moitié du siècle pour que cet accessoire devienne un incontournable notamment sous l’impulsion des pinups que l’on retrouve dans de nombreuses illustrations de l’époque. Ces femmes avec leur poitrine modelée en forme d’ogive deviennent de véritables bombes de la séduction.

Le soutien-gorge s’invite comme une arme de séduction massive, mais pas seulement. Les femmes sont fortement incitées à les utiliser avec les bas nylon qui complètent la tenue de la femme fatale.

Une habitude prise par le plus grand nombre

Ensuite, jusqu’à la fin du siècle, le soutien-gorge deviendra un incontournable de toute tenue féminine. Même si pendant quelques années après 68, quelques femmes ont brulé le vêtement comme un symbole de libération, très vite, la grande majorité des femmes l’adoptent au quotidien.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Clitoris, ce bel inconnu | bien le connaître

La technologie va par la suite faire évoluer le soutien-gorge tant sur les matériaux que sur les effets. Les dentelles s’invitent pour rendre visible ce dessous. Du côté de la technique, c’est souvent dans le maintien que les innovations apparaissent. Ensuite, les effets de rembourrages ou de push-up vont galber notablement le sein.

Il faudra attendre le XXIe siècle pour que la présence du soutien-gorge soit remise en cause.

2. Le regard des autres

La Chambre à coucher et son lit pour le couple

Une utilisation très connotée

En effet, le fait d’une adoption très massive de la population, ne pas en porter est devenu stigmatisant. Pourtant ce ne fut pas toujours le cas. C’est un peu comme la culotte, qui au départ était revêtue uniquement par les prostituées alors que les femmes de bonnes mœurs n’en portaient pas. Aujourd’hui, c’est exactement l’inverse.

L’histoire du soutien-gorge est précisément à l’opposé. Il fut en effet d’abord utilisé par les femmes aux mœurs légères comme l’on dit.

Comme tu peux le voir, c’est donc exclusivement un point de vue culturel. La présence ou l’absence de cet accessoire ne change évidemment rien à la mentalité et des façons de vivre de chacune.

Le regard des autres

Pourtant, nombreuses furent les femmes à se sentir juger par la présence ou l’absence du soutien-gorge dans leur tenue quotidienne. On pourrait croire d’ailleurs que ce jugement ne provient que d’une certaine partie de la population. Or il est facile de se rendre compte que les jugements peuvent venir aussi bien des hommes que des femmes elles-mêmes.

On retrouve également ces jugements dans toutes les strates des classes sociales. Le regard sur une femme sans cette parure indispensable pour la bienséance provoque souvent un malaise aussi bien dans l’assemblée que pour celle qui oserait se présenter ainsi.

Pourtant il faudrait vraiment se moquer de l’avis des autres, c’est-à-dire les 90 % de personnes qui ne partagent pas notre cercle de connaissance. Leur opinion n’a aucune importance, je dirais même qu’on s’en tape le coquillard si je puis me permettre.

C’est évidemment différent pour nos proches. On désire généralement qu’ils adhèrent à nos souhaits et surtout qu’ils ne fassent pas de mauvais commentaires. Après tout, chacune a le droit de choisir sa façon de se vêtir.

3. Quels sont les avantages de bruler tes soutiens-gorge ?

Femme en sous-vêtement en noir et blanc

Après avoir compris que le fait de ne plus porter de soutien-gorge est une décision qui ne concerne que toi, voyons maintenant quels avantages il est possible de tirer de cela.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Ces 6 comportements féminins qui peuvent te faire passer pour un mauvais coup

De substantielles économies !

Je ne vais pas te le cacher, la lingerie a un coût non négligeable, il y a donc des économies à faire. Plus les pièces sont raffinées et plus c’est cher. Cela s’explique en partie par la conception de ce sous-vêtement. Il comporte de très nombreuses pièces et par conséquent demande du travail pour son assemblage.

De plus, il faut aussi reconnaitre que plus l’ensemble est ajouré ou fabriqué avec des tissus transparents et plus son prix est paradoxalement élevé. Va comprendre Charles !

Ainsi, en évitant le port de soutifs, c’est ton porte-monnaie qui sourit. C’est toujours de l’argent que tu pourras utiliser à d’autres fins.

Bienfaits pour la circulation

Cette pièce d’étoffe n’est pas sans conséquence pour l’organisme. En effet, pour être bien ajustée, elle doit suffisamment serrer certaines parties du corps. Se faisant, elle va limiter l’irrigation sanguine sur certaines zones localisées et surtout défavoriser la circulation lymphatique au niveau de la poitrine.

Il est vrai que le corps sait résister quelque peu à ces pressions et cela ne va pas pour autant venir nécroser les tissus sous-jacents. Cependant, il n’est pas toujours heureux de freiner les flux corporels par de la compression.

À ce titre, il est préférable d’utiliser des modèles sans armature qui vont davantage provoquer le phénomène. Certes, cela permet un meilleur maintien surtout pour les fortes poitrines, mais c’est aussi chez elles que les dommages peuvent être plus importants en créant des zones fibreuses aux points de contact.

Une poitrine sans maintien est-elle en mauvaise santé ?

Les seins féminins peuvent être de taille et surtout de poids variables. D’ailleurs, chez une même femme, ceux-ci vont pouvoir changer de volume, mais également en sensibilité au cours du cycle de la vie.

Les comprimer et les enfermer dans leurs bonnets vont alors alléger les muscles pectoraux de cette charge. Cependant, comme je l’explique souvent, dans le corps, ce qui n’est plus ou peu utilisé, fini très vite par s’atrophier. Ainsi, plus tu porteras de soutiens-gorge et moins ta poitrine saura se maintenir seule en place du fait de l’affaiblissement des muscles.

Attention toutefois, le sein étant principalement composé de corps gras, l’élasticité de la peau joue aussi énormément sur la tonicité des seins. Dès lors, une peau à tendance lâche va donner des seins tombant plus rapidement qu’une peau plus ferme. Malheureusement, c’est un trait génétique qu’il est difficile de corriger. Le port du soutien-gorge n’y changera pas grand-chose.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Un bon danseur fait-il forcement un bon amant ? Est-ce une idée reçue ?

Quelle liberté !

Quelle femme n’a jamais ressenti un moment de libération le soir quand après sa journée engoncée dans son soutien-gorge, elle l’ôte enfin ?

D’ailleurs, c’est souvent l’un des premiers gestes que font certaines personnes en rentrant chez elle. La pièce d’étoffe est vivement retirée et expédiée au loin.

Ne plus avoir le poids sur les épaules et les cervicales des bretelles est un soulagement. Ne plus se sentir oppressée au niveau de la cage thoracique rend aussi la respiration plus légère.

Ces inconforts sont d’autant plus aggravés que le choix du modèle de soutien-gorge n’a pas été optimal. En effet, il faut impérativement s’assurer de l’ajustement du modèle à sa morphologie, aussi bien sur le tour de poitrine que sur la taille des bonnets. Ensuite, il est nécessaire d’ajuster au mieux les réglages des bretelles et fermetures de celui-ci pour que le maintien soit le plus confortable.

Encore une fois, s’il est possible de s’en passer, c’est bien souvent un grand soulagement pour celles qui osent.

Sensualité

Pour finir, en couple, ne pas avoir de soutien-gorge permet d’avoir une proximité plus sensuelle avec ses partenaires.

En effet, les caresses sont ainsi plus directes, sans ce tissu intermédiaire parfois perturbant. De plus, c’est un bienfait pour tes partenaires masculins qui, fréquemment, galèrent bien longtemps dans les moments câlins en essayer d’ouvrir la petite fermeture dorsale. D’ailleurs, ce moment souvent un peu gênant peut vite faire retomber la tension et rendre la rencontre moins spontanée.

Il est vrai que certains hommes aiment la lingerie. Mais quasiment tous les hommes adorent les formes et la vue des seins de leur partenaire. C’est donc finalement ce qui compte le plus.

Je crois que tu peux maintenant prendre le temps de réfléchir au port du soutien-gorge. De plus en plus de femmes ne se l’imposent plus au quotidien. Il faut vraiment garder en tête que c’est une invention relativement récente (un tout petit peu plus de cent ans). Depuis des millénaires, les femmes n’avaient pas nécessairement recourt à cette pièce d’étoffe que certains jugent un peu trop durement comme indispensable. Alors, libère tes seins pour te libérer toi-même. Le plus difficile est de franchir le cap et de ne pas tenir compte de l’avis des autres.

Je t’invite à me dire dans les commentaires ta position vis-à-vis de cette tendance du No Bra.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.