De quoi je me mêle ! – Coup de gueule

You are currently viewing De quoi je me mêle ! – Coup de gueule

Je vais te parler d’une chose qui m’agace prodigieusement et qui me donne envie de crier « De quoi je me mêle !« . N’as-tu jamais remarqué que fréquemment les personnes les moins concernées avaient souvent un avis bien tranché sur un thème ? J’ai eu envie de traiter de cela, car finalement ce que l’on voit dans la société déteint aussi dans le couple. Or quoi de plus énervant d’être jugé ou pire encore d’être contraint par un partenaire qui après tout ne connait pas toujours les tenants et aboutissants du sujet.

Regarder cet article sur Youtube en cliquant ici.

Avant de commencer, je voudrais te raconter une histoire qui m’est arrivée il y a fort longtemps.

1. Une petite histoire vraie

une histoire en train

Introduction de la situation

Je devais avoir environ 18 ans et je rentrais de Paris avec plusieurs copains. Nous étions alors dans un train et l’on se racontait des histoires drôles (enfin plus ou moins) pour passer le temps de trajet. Et puis à un moment donné, me revient l’histoire de Mongolito (oui, l’histoire ne sera pas très politiquement correcte, je m’en excuse par avance). Bref, parmi les amis présents, plusieurs ne connaissent pas cette blague, ainsi je me lance.

Début de l’histoire

Le récit se déroule dans un asile et le psychiatre en chef doit évaluer Mongolito pour estimer s’il est capable de sortir de l’établissement pour vivre une vie normale. Il le convoque donc dans son bureau. Il lui explique alors qu’il va lui décrire des choses et que Mongolito va devoir déterminer ce que c’est. Le docteur démarre le test. Le médecin commence par cette définition.

« C’est un petit animal avec de grandes oreilles. Il avance en sautillant dans la campagne. Son repas principal se compose d’herbe et il peut courir très vite. Il a de grandes dents et adore les carottes ».

À ce moment, Mongolito s’exclame :

– « Je sais, c’est un lapin ! ».

– « Bravo Mongolito ! » dit le praticien. Il enchaine : « C’est maintenant quelque chose qui est en métal, qui permet de voyager loin et rapidement, entre son lieu de départ et d’arrivée, il doit d’abord décoller puis atterrir. »

– « C’est un avion ! »

– « Bravo Mongolito ! Bon, un peu plus dur. C’est une construction ancienne dans laquelle il y avait un seigneur, des chevaliers et des soldats. Pour monter sur les murs les gens utilisaient des escaliers en… ».

Explications

Et là, toute l’astuce de l’histoire, c’est de faire croire que l’on ne se souvient plus du mot. On va alors le décrire ainsi :

« ah zut ! Comment cela s’appelle-t-il ? Tu sais un escalier qui tourne, comme une vis, pour monter, je l’ai sur le bout de la langue, un escalier en… ».

Et on doit faire durer jusqu’à ce qu’une personne de l’auditoire trouve le bon mot.

La chute de l’histoire

Je reviens sur l’anecdote. Nous étions donc dans le wagon, et je décrivais l’escalier qui tourne pour monter en faisant semblant de ne pas retrouver le mot nécessaire à la fin de l’histoire.

Et d’un seul coup, non loin de nous, une personne (une dame si je me souviens bien) qui jusqu’à présent était restée cachée derrière son livre, l’abaisse et dit tout haut :

« En colimaçon peut-être ? ».

Ce fut alors une réponse libératoire de plusieurs de mes copains qui connaissaient déjà la blague et nous nous sommes exclamés « Bravo Mongolito ! » d’une seule voix.

La morale de l’histoire

La morale de cette anecdote, c’est que bien souvent, il est préférable d’éviter de se mêler de ce qui ne te regarde pas.

D’ailleurs si j’ai encore ce souvenir en tête c’est que j’avais trouvé que finalement la personne qui certes pensait aider s’est retrouvée piégée par son ingérence. Je te propose après cette mise en bouche de voir ce qu’il en est aujourd’hui dans notre société.

2. Décisions et jugements – De quoi je me mêle !

De quoi je me mêle !

La politique

Je ne sais pas pour toi, mais il y a une chose qui me met souvent hors de moi quand je découvre les informations. C’est lorsqu’une loi, un décret, ou une application est décidé par un genre (en écrasante majorité masculine en France) alors qu’il concerne l’autre sexe.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Alcool et sexualité, est-ce un bon mélange ?

Je vais te donner en exemple le sujet des mères porteuses. Comment un homme peut-il avoir un avis fondé et complet sur un thème qu’il ne maitrise que de loin ? Une femme va quant à elle vivre la grossesse dans sa chair. Elles devraient donc être les seules à non seulement proposer ce genre de loi, mais aussi les rédiger. Pour le débat, on pourrait admettre d’avoir des opinions masculines pour connaitre également leur position, cela me semble normal. Mais au moment du vote, pourquoi devraient-ils avoir le pouvoir de donner leur voix surtout quand ils sont en écrasante majorité dans l’hémicycle ?

Il en est de même pour tout ce qui va toucher la femme. Il faut le reconnaitre, elles sont encore loin d’être bien représentées. De plus, très souvent ce sont des hommes qui rédigent les projets de loi, car en France les hauts fonctionnaires sont pour les ¾ des hommes.

Ne crois-tu pas qu’il serait temps que les personnes concernées soient enfin à l’origine des choses ? Franchement, le monde tournerait surement bien mieux.

Un autre exemple se présente quand des dirigeants de la capitale pensent la vie à la campagne en matière d’aménagement, de distribution, etc. Bien souvent, ils sont un peu à côté de la façon dont cela se passe en réalité localement.

Pour résumer, il semble indispensable de ne commenter, s’occuper et régir que ce dont tu seras directement concerné afin de vivre dans une meilleure harmonie générale.

Le voisinage

Plus proche de toi, il y a aussi tout ce que je vais qualifier de commérage. En effet, cette pratique n’est-elle pas tout simplement pas le summum du « De quoi je me mêle ? » ?

Alors oui, on a tous et toutes au moins une fois dans sa vie, adoré faire sa petite langue de vipère. C’est vrai, cela fait occasionnellement du bien. En réalité, cela fait du bien au groupe avec qui tu t’adonnes à ce sport peu recommandable cependant. En effet, cela va le souder.

Pourtant si la personne que tu critiques a vent de tes paroles d’une façon ou d’une autre, elle risque de se sentir fortement offensée. Il faut bien avouer que c’est tout de suite moins joli lorsque c’est présenté ainsi.

J’imagine que tu as compris l’idée. Que ce soit un petit groupe au pouvoir ou bien le nombre qui s’imposent à une autre communauté ou à des individus isolés, il n’en ressort jamais vraiment rien de bon. C’est pour cela qu’il est préférable de ne s’occuper que de ses propres affaires.

3. En couple – Tous les sujets ne te concernent pas

Tu penses que cela ne franchit pas le seuil de ta maison ? Et bien, détrompe-toi. C’est même souvent une cause de querelles dans les couples. Et si tu as bien compris ce qui est dit juste avant, c’est plutôt justifié.

Tes passions et centres d’intérêt

Ce qui est souvent incompris par ses partenaires qui osent alors habituellement de critiquer ce sont tes passions et centres d’intérêt. En effet, ce sont des sujets très sensibles pour toi, car tu y attaches forcément beaucoup d’importance. Donc, la moindre remarque à leur propos risque de te taper un peu sur le système. Un grief ou une dispute sont fréquemment les conséquences de ces jugements.

C’est pourtant simple à comprendre. Tu peux avoir du mal à concevoir l’intérêt pour toi d’une pratique que fait ta moitié. Il te faut cependant avoir en tête que pour elle, ce ne sera forcément pas le même point de vue. Donc tu dois absolument éviter de lui demander pourquoi il ou elle aime ceci ou fait cela. Au contraire, sois-en fier, il y a tellement de gens qui n’arrivent pas à s’occuper.

Alors même si sa passion est de collectionner les emballages de chewing-gum, garde tes avis pour toi. Le seul moment où tu peux te le permettre c’est lorsque la passion commence à sérieusement déborder sur la vie de couple.

Par exemple, tu partages l’existence d’un joueur invétéré qui passe son temps libre devant sa console de jeu. Ce peut être aussi le chineur insatiable qui parcourt la France chaque week-end pour dénicher des objets improbables qui en plus envahissent la maison. Dans ces cas-là, il te faudra aborder le sujet par ce qui gêne le ménage sans porter de jugement. Pour reprendre les exemples précédents, tu pourras exprimer ton souhait de désirer sortir à deux au lieu de passer les soirées chacun face à un écran. Il sera également possible de parler de l’espace de vie qui se réduit de week-end en week-end.

Tu l’auras compris, tu auras le droit d’objecter uniquement si cela nuit à ta vie et à celle de ton couple. Dans le cas contraire, il te sera bien plus profitable de te choisir une occupation satisfaisante.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment donner ou obtenir des orgasmes plus puissants sans effort ?

Ton travail

Tu ne devras jamais non plus émettre de jugement vis-à-vis de son travail. Chacun fait aux grés de ses envies, possibilités et chances du moment pour dénicher l’activité lucrative qui lui convient. Tu n’as pas à donner ton avis et encore moins critiquer sauf si c’est ton ou ta partenaire qui te sollicite.

Tu ne dois pas non plus remettre en question sa façon de voir son métier. Chacun a totalement le droit de bosser comme il ou elle l’entend.

Le travail est souvent un sujet de discorde. En effet, il prend du temps sur la vie du foyer et du couple. De plus, c’est lui qui va permettre de ramener l’argent nécessaire à la tenue du ménage.

De la même façon, il ne faudra jamais le critiquer directement, tu ne t’autoriseras qu’à des remarques sur l’impact de celui-ci sur le couple. Encore il est indispensable que ce soit étayé.

Ton corps

Je terminerai par ce qui te regarde finalement le moins du monde, même si ton ou ta partenaire te laisse en profiter à certains moments. Je veux parler du corps de l’autre.

Alors oui, tu vénères ce corps puisque tu l’as choisi en quelque sort pour partager avec le tien. Cependant, tu dois garder en tête qu’il ne t’appartient nullement. Seul son propriétaire a le droit exclusif d’en disposer à sa guise.

Ainsi, tu ne devras jamais le critiquer. Tu pourras juste émettre un avis ou une remarque uniquement quand on te le demande. Ensuite, tu n’imposeras jamais tes gouts et tes envies. Au mieux, tu peux exprimer ce que tu aimes. Ton ou ta partenaire jugera ultérieurement en sa libre conscience de te plaire en modifiant son apparence ou son corps. Que ce soit pour un tatouage, un changement de couleur de cheveux ou bien un sexe lisse ou poilu, le choix ne revient qu’au propriétaire du corps.

C’est exactement pareil concernant les vêtements que tu porteras. Tu as le droit de faire ce que tu veux. Il faut juste que cela reste dans les codes vestimentaires attendus du moment.

On ne le répète jamais assez, mais trop de personnes se sentent obligées d’agir sur eux-mêmes à cause de la pression qu’on leur impose.

« Stop ! de quoi je me mêle ? ». Chacun est totalement libre. Tu auras uniquement la possibilité de dire quelque chose lorsque ton ou ta partenaire pourrait mettre en danger sa santé. Pour le reste, tu pourras dire, « j’aimerai que », ou mieux encore, « tu étais tellement beau ou belle avec cette coupe de cheveux ». Ce sera alors à ton ou ta partenaire d’envisager si te plaire à nouveau vaudra le sacrifice à faire.


La critique aujourd’hui est partout. Elle est dans les médias, dans la rue, entre amis et même au sein du couple. Cela fait toujours naitre des tensions bien inutiles. Pour prévenir cela, il est en général mieux d’éviter les phrases avec des jugements de valeur. Tu t’abstiendras aussi de parler directement de ton ou ta partenaire. Il sera préférable de faire une phrase en parlant de toi et te ton ressenti. C’est beaucoup moins incriminant et passe plus facilement aux oreilles de tes proches. En plus, tu auras bien plus de chance que ton souhait soit exaucé. Alors la prochaine fois, demande-toi avant d’émettre un jugement, si l’autre en face ne peut pas te répondre « Mais de quoi je me mêle ! ». Si c’est le cas, garde ta remarque pour toi.

Je t’invite à me raconter dans les commentaires quel est ton dernier souvenir où tu as eu envie de dire « Mais de quoi je me mêle ? ».

Cet article a 8 commentaires

  1. Vero

    Tout du même avis que toi. Tout le monde semble toujours avoir un avis sur la vie des autres, l’actualité, les choix de l’autre dans le couple. Bref, ton petit de gueule est rafraîchissant ! Et puis d’ailleurs, de quoi je me mêle. Haha !

    1. Harmonie Des Corps

      Merci Véro pour ton avis sur cette mauvaise habitude que l’on a malheureusement un peu toutes et tous.

  2. Julia

    L’anecdote m’a bien fait rire, je te remercie ! Ça illustre bien certains comportements de personnes qui se permettent d’intruser des discussions qui ne les concerne pas.
    Je ne connaissais pas Mongolito mais je vais garder en tête cette boutade.
    Merci pour cet article très inspirant.
    Je partage tout à fait ton avis.

    1. Harmonie Des Corps

      Merci Julia, C’est heureux si l’anecdote t’a amusée.

  3. Virgo

    Très chouette article, Christophe. Tu as raison, « de quoi je me mêle ? » et pourtant, les occasions sont nombreuses où, qui qu’on soir, on est confronté à des personnes qui se sentent autorisées à émettre des critiques, faire des remarques, voire carrément faire pression sur des choses qui ne les concernent pas directement. C’est peut-être la nature humaine. En tout cas, ça fait du bien de lire un article comme ça ! Merci !

    1. Harmonie Des Corps

      Merci Virgo, c’est tout à fait cela.

  4. Lola Plumeti

    Un article magnifique et qui me touche profondément.
    Trop souvent, nous ne pouvons pas vraiment découvrir qui nous sommes à cause de toutes ces personnes à qui on ne demande rien.
    Ca donne malheureusement envie de vivre dans sa bulle alors que c’est tellement beau de partager avec les autres. 😉

    1. Harmonie Des Corps

      C’est vrai que parfois l’on se cache ou l’on se censure pour éviter ces remarques. C’est trop souvent dommage et gâche le plaisir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.