Comment bien claquer les fessiers de ses partenaires – Fessée érotique

Comment bien claquer les fessiers de ses partenaires – Fessée érotique
Alexander Schimmeck - Unsplash

Cette semaine avec la fessée érotique on aborde un sujet cuisant qui divise. C’est pourtant un thème qui pourrait rassembler tout le monde puisque chacun d’entre nous est pourvu de l’objet du désir. Le postérieur est une partie de l’anatomie attirante. Il a aussi longtemps été la cible de choix pour la punition des enfants. Je t’indiquerai quelques techniques pour que ce geste devienne un plaisir pour chacun, je te suggère donc de bien lire jusqu’à la fin.

Regarder cet article sur Youtube en cliquant ici.

Avant de voir les meilleures techniques pour une fessée réussie, il faut commencer par le début et s’intéresser à cette partie de l’anatomie

1. Les fesses, un grand pas vers l’universalité

Fessier d'un couple main dans la main

Constitution

L’arrière-train est constitué principalement des trois muscles de part et d’autre. Il s’agit du grand, du moyen et du petit fessier. Plus ou moins rebondies suivant la cambrure de la colonne vertébrale de chacun, les fesses participent à sculpter la silhouette. C’est une zone où les graisses peuvent venir se stocker essentiellement chez les femmes.

Universalité

Quel que soit son genre ou son orientation sexuelle, chaque humain possède un postérieur. Cela rend cette zone sensible et érogène extrêmement attrayante. En effet, pas de jaloux, tout le monde est logé à la même enseigne. Que ce soit entre un homme et une femme, entre deux hommes ou entre deux femmes, toutes les pratiques autour de l’arrière-train sont possibles. N’est-ce donc pas une région très intéressante à explorer pour chacun ? Et si c’était par les fesses qu’arrivait enfin l’égalité des sexes ?

Les popotins sont souvent l’objet d’œillades plus ou moins grivoises de la part des hommes, mais aussi des femmes. Il est le centre de toutes les attentions. C’est le péché mignon avoué ou inconscient de presque tout le monde.

De tout temps, les fesses ont intrigué

Déjà dans la préhistoire, les fouilles ont mis à jour des figurines représentant des femmes avec un fessier très rebondi. Dans la Grèce et la Rome antique, les sculpteurs modelaient des arrière-trains parfaits aux hommes et divinités sur leurs statues.

Par le passé, les crinolines et autres tournures permettaient aux dames de se doter d’artifice pour présenter une silhouette plus avenante pour les canons de l’époque. Il fallait montrer que l’on était fertile et pour cela avoir un bassin large et rebondi était bon signe.

Aujourd’hui encore, je ne connais pas une femme qui achète un pantalon, une jupe ou une robe sans s’assurer que cela ne nuit pas à son profil. Pour cela, elle va s’observer longuement dans la glace de la cabine d’essayage. Les hommes font aussi attention à la coupe des pantalons qu’ils enfilent. Dans une moindre mesure, il est vrai, mais cela compte quand même pour beaucoup.

C’est donc un atout à mettre fortement en avant… Enfin à mettre fortement en arrière plutôt en réalité.

Le cul dans l’art

D’ailleurs dans la langue française, quand on dit un peu vulgairement qu’« on n’a pas de cul », c’est que l’on n’a pas de chance. C’est comme si finalement avoir un fessier insignifiant t’imposait de subir toutes les injustices du monde.

Les arrière-trains sont très représentés en peinture, en photographie ou dans le cinéma où il est montré sous tous les angles. J’ai toujours en mémoire l’ode de Jean Pierre Marielle dans les galettes de Pont-Aven devant le popotin de son modèle.

Il aura fait couler beaucoup d’encre et tout autant fait fantasmer. Mais alors qu’est-ce qui donne envie à chacun de venir jouer du tam-tam sur cette partie rebondie ?

2. De la fessée punition à la fessée érotique

La fessée érotique avec un fouet

Après avoir vu qu’il fascinait, il est ainsi facile de comprendre qu’il est source de fantasmes en tout genre, notamment celui de la fessée.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Réussir à faire survivre ton couple au confinement

La fessée punition

Même si depuis 2018, la fessée est interdite sur les enfants par la loi française, c’était une punition très usitée avant cela. C’était d’ailleurs une menace bien souvent assénée aux gamins un peu récalcitrants. Il n’était pas rare d’entendre dans les familles « Attention, est-ce une fessée que tu veux ? ». La sanction était habituellement prise très au sérieux, car quand on avait gouté une fois à la morsure de la main, cela laissait généralement un souvenir brulant.

La fessée érotique entre adultes

Est-ce ce souvenir des fessées d’antan, l’attirance de la partie charnue de l’autre ou bien la douleur après le plaisir de la bêtise qui la rend si attrayante chez les adultes ? La réponse est certainement à chercher au milieu de toutes ces raisons.

Puisque le postérieur est un bien commun à toute l’humanité, chacun a le pouvoir de fantasmer dessus. Certaines personnes adoreront le caresser, le pétrir, le lécher, le mordiller, le baiser ou encore le claquer avec plus ou moins de vigueur.

Les miches étant les zones les plus charnues d’un individu, c’est l’endroit idéal pour y recevoir quelques tapes bien ajustées.

Bien évidemment, cela doit se faire dans le respect et l’acception de chacun. Sinon, on est bien d’accord, on appelle cela de la maltraitance et de la violence. C’est condamnable au même titre qu’un coup donné sur d’autres parties du corps.

La recherche d’un plaisir particulier

Il est donc temps de se demander ce qui peut bien inciter à aimer donner ou recevoir cette correction sur le postérieur.

Il y a deux effets qui se mêlent.

D’un côté, il y a le fantasme de domination/soumission. Entre le donneur et le receveur, un jeu se met en place. Le receveur accepte la « punition » pour son propre contentement, mais également pour faire plaisir au donneur. Pour le donneur, il y a ce côté un peu pervers, de provoquer une légère douleur sans toutefois faire mal (généralement). Celui-ci va aussi prendre plaisir à voir l’autre réagir positivement à ses manœuvres.

De l’autre côté, il y a la satisfaction ressentie par la souffrance. En effet, plaisir et douleur vont créer dans le corps des hormones. Le plaisir va libérer de la dopamine plutôt apaisante, alors que la douleur va générer de l’adrénaline qui va emballer le corps. Cette production sert normalement à aider le corps à se soustraire à cette douleur. Mais lorsque le plaisir s’associe à la douleur, le mélange des deux hormones provoque tant que la souffrance ne dépasse pas le seuil de l’intolérance, une satisfaction encore plus intense dans le corps du receveur.

Du côté du donneur, c’est l’excitation et le plaisir qui va enclencher la fabrication de dopamine.

Comme tu le vois, la satisfaction est plus grand pour la personne qui reçoit si son niveau d’acceptation de la souffrance reste au-dessus de l’effet ressenti par les claques du partenaire.

Le mauvais côté de la fessée

Tant que la fessée reste un jeu entre des partenaires consentants, c’est parfait. Cependant, avec l’industrie pornographique qui se montre de plus en plus violente à l’égard des femmes, un danger menace les couples.

En effet, donner une baffe sur le pétard de ton ou ta partenaire sans avoir eu préalablement son approbation peut conduire à une réaction de replis et de rejet plus ou moins immédiat. Tout le monde n’est pas en phase avec cette pratique, ni n’a pas toujours envie de recevoir une tape sur le séant.

Même si tu as l’habitude de voir ce comportement dans les films X et que personne ne s’en plaint, il est fort probable que dans la vie réelle, il en soit autrement. Avant d’aller trop loin, obtiens un consentement de ton ou ta partenaire sinon, tu risques vraiment de regretter les conséquences de ton geste.

3. Les bonnes techniques pour une fessée érotique réussie

fessier femme
Yohann Libot – Unsplash

Bon, il est grand temps de passer aux conseils un peu techniques que tu attends pour réaliser une fessée érotique avec ton ou ta partenaire.

Avoir son approbation

Pour commencer, tu vas t’assurer que tu as son plein accord. Alors oui, je sais, interroger explicitement « Puis-je te donner une fessée » pendant un corps à corps risque de casser un peu l’ambiance.

Ce que tu peux faire pour éviter d’en passer par là, c’est de débuter par une douce tape sur l’arrière-train. Elle ne doit surtout pas faire mal, il faut juste qu’elle surprenne légèrement. Tu pourras à ce moment-là demander si ton ou ta partenaire en veut encore et suivant sa réponse, tu auras une forme d’acceptation ou de refus. Si c’est OK, tu pourras alors demander si la prochaine devrait être un peu plus véloce.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Choix de vie à deux, vers quoi s'orienter, concubinage, pacs ou mariage ?

Je te conseille quand même de définir un code d’urgence qui servira à tout stopper dès qu’il sera prononcé par l’un ou l’autre des partenaires. Tu n’auras pas à discuter. Ce code devrait être un mot ou une phrase particulière que tu ne risques pas d’utiliser sans vraiment y faire attention. Donc « stop » n’est pas le meilleur des codes d’urgence, tu l’auras compris.

Technique avec la main

la puissance

Bien évidemment, la force que tu vas appliquer dépendra grandement des attentes et des limites de tes partenaires. Je ne peux donc pas te donner de repère.

Par contre, je vais te donner LE conseil qui va t’éviter bien des déconvenues.

Ce conseil, c’est de ne jamais atteindre et encore moins outrepasser le seuil de tolérance du receveur.

Ce devra être le receveur (ou receveuse) qui doit te guider pour savoir si tu peux continuer, si tu dois ralentir le rythme, ou encore changer la pression des contacts.

Tu dois donc être à l’écoute. Il faudra prendre garde à toutes ses réactions. Tu dois réagir rapidement si tu vois qu’il y a un souci en demandant si tu peux poursuivre par exemple.

Jouer avec la main

Pour commencer, tu mettras ta main bien à plat. Cela permet de produire un bruit sec et claquant. Si ta main n’est pas plate, déjà le son sera creux, mais en plus tu risques vraiment de faire très mal, car la surface de contact sera très faible.

Le mieux ensuite est de claquer avec toute la main. Les doigts et la paume de la main doivent entrer en contact en même temps sur la croupe de tes partenaires.

La petite astuce, c’est de ne pas forcément enchainer les tapes. Il est préférable de claquer, puis de passer délicatement sa main sur la zone qui va légèrement rosir pour y appliquer une caresse toute douce. C’est un peu comme jouer avec le chaud-froid, ici ce sera jouer entre le piquant et le doux. C’est ce qui va vraiment faire toute la différence.

Zone à cibler

Lorsque tu martyriseras le boule de tes partenaires je t’invite à éviter de taper sur le haut de la fesse. C’est quelque peu désagréable et peut faire très mal.

Il faudra plutôt viser la partie la plus bombée. En effet, c’est celle qui a le plus de volume et donc où finalement l’amorti sera le plus important.

Tu éviteras juste de venir fouetter l’appareil génital de tes partenaires. Sinon tu risques de devoir abréger ta séance bien plus vite que prévu, car cela peut être vraiment très douloureux.

Tu vois, c’est plutôt simple.

Utilisation d’objets

Lorsque tu auras maitrisé la main, tu pourras plus facilement passer à d’autres objets. Pourquoi est-il préférable de maitriser ce mouvement avant (rapidité, force et fréquence) ?

La raison est simple. Avec ta main, tu as de cette façon le retour tactile de la claque que tu administres. Ainsi, tu perçois un peu ce que l’autre peut ressentir. Cela ne sera vraiment pas possible si tu emploies un objet pour cette fessée érotique.

Alors les puristes diront qu’elle ne se pratique qu’avec la main, mais il est aussi envisageable d’utiliser des tapettes, des badines, une règle ou tout autre objet.

Il faudra faire très attention, car plus les objets seront fins et plus la surface de contact sera faible et plus la douleur sera importante. Tu devras donc être encore plus vigilant(e) aux réactions.

Attentions aux marques

À chaque tape sur la croupe de tes partenaires, l’épiderme va se colorer légèrement. Il va devenir rose. Ensuite, ce rose va progressivement s’assombrir, jusqu’à prendre une teinte rouge, voire violacée. À partir de là, c’est qu’il y a des œdèmes sous la peau c’est-à-dire des épanchements sanguins dus aux coups donnés. Cela va marquer durablement la lune de tes partenaires.

Souvent, le marquage du derme est proportionnel à la douleur. Il te faut donc rester vigilant sur ce point.

L’utilisation d’objets comme les badines, peuvent même entailler la peau. Attention à ce que tu fais.


J’espère qu’avec tous ces conseils tu feras entrer plus sereinement la fessée érotique dans tes jeux et pratiques sexuelles. Mais comme toutes les techniques, il est nécessaire de ne pas toujours faire pareil. Tu devras la réserver à certains moments. Ensuite, c’est aussi un usage qui peut se faire par chacun des partenaires, car tout le monde à un postérieur que l’autre peut venir taquiner.

Je t’invite à me dire dans les commentaires si tu es adepte de cette pratique ou si cela t’a déjà traversé l’esprit, mais que tu n’as jamais osé jusqu’à présent.

Cet article a 2 commentaires

  1. Julia

    Sacré évolution, à travers le temps ! Merci pour cet article 🙂

    1. Harmonie Des Corps

      Merci Julia, oui, les mœurs changent avec le temps.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.