L’art du cunnilingus

L’art du cunnilingus

Comment faire un bon cunnilingus ? Après avoir lu cet article, tu seras imbattable dans cet art ce qui fera de toi le meilleur des partenaires. Mais avant de commencer juste un petit point orthographique, ce mot est d’origine latine, il s’écrit « cunnilingus » avec deux « n », mais tu peux aussi retrouver « cuni » écrit avec un seul « n », c’est cependant une faute. Dans cet article, je t’apprendrai donc à bien faire un cunni avec deux « n ». Dans quelques minutes, tu sauras comment bien faire jouir une femme par la technique du cunnilingus. Fais-moi confiance, elle te le rendra bien.

Quelques généralités

Avant d’enter dans le vif du sujet et te décrire les 9 points importants de la pratique du cunnilingus, il me faut te dire quelques généralités. Tout d’abord, le cunnilingus ne plait pas à toutes les femmes. J’ouvre d’ailleurs une enquête disponible sous la vidéo afin de recueillir vos pratiques sur cet acte sexuel à part entière. Merci de venir nombreux et nombreuses y participer. Les statistiques permettront de faire ressortir une tendance sur cette pratique. Il semblerait que 20 % des femmes ne seraient pas très à l’aise avec elle.

De plus, l’orgasme n’est pas assuré, car il semble qu’il ne survienne que dans 65 % des cas. Cela ne fonctionne pas forcément à tous les coups. Il faut donc le savoir et ne pas dramatiser la situation si cela arrivait. Cependant il est bon de savoir comment bien pratiquer afin de pouvoir se remettre en question si nécessaire.

Le plaisir féminin est encore aujourd’hui un sujet tabou. Dans la production pornographique on voit beaucoup plus de fellation que de cunnilingus. Cela donne une mauvaise image à la pratique la rendant largement facultative. Alors que c’est pourtant une pratique plébiscité par beaucoup de personnes possédant une vulve.

Cet article est destinée plutôt aux hommes, mais les femmes en tireront aussi des bénéfices en réussissant à mieux guider leur partenaire.

C’est un savoir faire indispensable, que tu sois en couple ou non, dans ta boite à outil du sexe. Je vais t’apprendre dès maintenant l’art délicat du cunnilingus.

1/ L’importance de la communication dans la pratique du cunnilingus

culture des zones érogènes

Je ne le dirais jamais assez, mais la communication est primordiale dans un couple et dans les pratiques sexuelles. Cette communication peut-être verbale ou non. D’abord il est important pour les pratiquants de dire s’ils en ont envie. Il n’y a rien de pire qu’un ou une partenaire qui se force à venir lécher le clitoris de sa partenaire. De la même façon, si tu n’es pas à l’aise à recevoir quelqu’un entre tes cuisses, c’est surement utile de le lui dire.

Avant de te jeter sur son entre jambe, il est bon de montrer des signes que tu as envie de lui manger le minou. Cela permet à ta partenaire si elle n’en a pas envie de pourvoir vous éviter la déconvenue d’une pratique non désirée. Attention, cela ne veut pas forcement dire que ta partenaire n’aime pas du tout le cunnilingus. Mais peut être que ce n’était pas le moment opportun pour cela de son point de vue. Ne discute pas, passe à autre chose, tu y reviendras un autre jour.

2/ Le consentement est primordial.

cunnilingus

De la même façon que tu ne souhaites pas te faire empaler la bouche sur son pénis sans rien avoir demandé, tu ne viens pas coller sa bouche contre ta vulve sans son accord. Chacun doit avoir envie et est toujours libre de se refuser, pour une fois ou pour la plupart des fois sur cette pratique. Il n’y a jamais rien d’obligatoire. Avoir une approbation, une invitation ou en tout cas son non refus est important pour éviter tout malaise.

3/ Un bon cunnilingus commence toujours par des préliminaires

relation sexuelle

Contrairement à l’homme, l’excitation de la femme part du cerveau pour venir ensuite irriguer ses parties génitales. Il est donc nécessaire de commencer par l’échauffer un peu et ne pas lui tomber sur l’entre-jambes d’un coup. Tu peux commencer par des baisers doux et sensuels, des jeux de mains. Tu continueras sur des caresses sur le corps en te rapprochant des zones érogènes et doucement tu finiras par te diriger vers son mont de Vénus.

4/ Bien connaitre l’anatomie de la vulve.

Vulve humaine - sexe féminin

Ben évidement, cela va de soi, pour réussir un parfait cunnilingus, il est indispensable de bien situer les organes féminins. Je te renvois à l’article sur le sexe féminin. Tu dois savoir situer et reconnaitre le clitoris, le vagin et pour les plus téméraires l’anus. C’est le minimum vital. Donc si tu n’es pas au point, c’est le moment de la séquence rattrapage !

5/ Préparer le terrain pour un cunnilingus réussi

Pendant la pénétration

Le mieux reste quand même de commencer en douceur pour faire monter la tension sexuelle. Je te suggère de commencer par des baisers autour du ventre. Puis tu viendras doucement effleurer de tes lèvres l’intérieur des cuisses. A ce moment là tu seras très proche de sa vulve. Doucement, tu progresseras jusqu’à ces grandes lèvres que tu embrasseras, pincera du bout des lèvres. Tourne autour de sa vulve, qu’elle soit poilue ou épilée, de son coté les sensations seront présentes.

Approche toi ensuite sans le toucher du clitoris. Elle devrait devenir folle d’impatience. Avant de lui tomber dessus, tu peux commencer à l’exciter en tournant autour, en soufflant de l’air frais ou chaud par ta bouche sur son petit bouton de rose. Ces caresses vont la rendre très excité et aussi très humide. Elle n’attendra plus qu’une chose que tu poses enfin ta langue sur son clitoris. A toi de ménager le suspens quand au moment de ta venue. Tu peux jouer sur toute la vulve avec la bouche ou la langue bien sur, mais ne néglige pas le nez ou le menton, ou mieux encore tout cela à la fois.

6/ Cible verrouillée !, je répète, cible verrouillée !

cible

Une fois que tu as ciblé le clitoris, reste concentré dessus. Les petites lèvres ne sont pas assez sensibles pour une stimulation avec la langue, ne t’acharne pas trop dessus, cela n’est pas très utile. Tu peux stimuler le clitoris seul. Je t’invite à lire cet article en complément.

Tu peux donc stimuler uniquement le clitoris. Mais tu peux aussi t’amuser aussi avec toi doigts en même temps atour sur la vulve. D’autres alternatives s’offrent à toi, comme s’occuper du vagin. Tu peux alors caresser le pourtour en passant par le périnée jusqu’à l’anus. Insérer un ou deux doigts pour caresser le point G est une option plus qu’envisageable. Pour finir tu peux aussi jouer plus en profondeur avec l’anus si ta partenaire l’accepte. Cependant, les doigts qui seront entrés dans cet orifice ne devront plus toucher la vulve.

Une étude indique que 80 à 85 % des femmes ont besoin d’être stimulées sur le clitoris pour atteindre l’orgasme. Tu dois savoir qu’une femme a besoin en moyenne de 10 min environ pour jouir par un cunnilingus. Certaines partenaires aimeront que tu dégages le clitoris de son capuchon pour le stimuler directement. D’autres détesteront cela. A toi de t’adapter en fonction.

Garde en mémoire que quelque soit ce que tu entreprends, essaie de voir dans les réactions de ta partenaire son consentement. Si tu vois que cela la gêne, ne va pas plus loin et passe à autre chose.

 7/ Que peux-tu faire subir à ce cher clitoris pour réussir un bon cunnilingus ?

Le clitoris complet au sein du sexe féminin

Je te propose d’examiner maintenant comment bien t’occuper de ce cher clitoris. Tu peux lui prodiguer des caresses douces, des caresses plus dures, des effleurements, ou encore des petites morsures.

Caresses douces

Pour effectuer cela, il faut utiliser le plat de la langue. Avec plutôt un rythme lent, à modéré. Il faut savoir économiser aussi la langue qui parfois si tu n’es pas habitué à pratiquer. Elle peut facilement se fatiguer. Pour contrer cela, au lieu de faire des mouvements de la langue, tu peux déplacer ta tête, c’est donc ton cou et les muscles des épaules qui vont prendre le relais. Rappelle toi, un cunni, c’est au moins 10 minutes et encore ce n’est qu’une moyenne. Il est donc important de tenir dans la durée.

Caresses dures

En utilisant le bout de la langue, le toucher sur le clitoris sera plus dur et donnera d’autres sensations. Attention cependant c’est parfois trop dur pour certaines femmes qui ont le clitoris très sensible. Te voilà prévenu. A tester doucement avec de pratiquer plus intensément. Le bout de la langue permet de titiller le clitoris dans un mouvement de vas et vient rapide. C’est efficace, mais très fatiguant pour la langue.

Que ce soit avec la langue dure ou la langue douche tu peux faire des mouvements de haut en bas ou de bas en haut (moins facile), de gauche à droite ou des rotations.

Aspiration

Produire de temps à autre de légères aspirations peut amener des sensations nouvelles au clitoris. Comme pour la langue dure, c’est à tester sur chaque partenaire.

Chaleur, froid

En utilisant des glaçons et des boissons chaudes, tu peux changer la température de ta bouche, de tes lèvres et de ta langue pour offrir de nouvelles sensations. Alors ne manque pas de le faire.

8/ Être à l’écoute

Témoignage

L’écoute est importante. Tout comme étudier tous les mouvements du corps de ta partenaire. Sa respiration, son gémissement, ou même ses mots vont te donner des indications de la phase où elle se situe. Que tu sois donneur ou receveur, il est bon de communiquer, via le corps, via les gestes, via des mots aussi sur ce que tu ressens et ce que tu aimes ou non. Si vraiment parler t’insupporte, tu peux par des pressions de la main, indiquer ce que tu aimes ou non par exemple. Il faut faire attention si elle t’attire ou bien te repousse

Surtout quand tu as trouvé le bon endroit qui lui fait du bien, n’en bouge plus et continue jusqu’à l’orgasme.

Si vraiment tu es très à l’aise avec ta partenaire et ses réactions tu peux parfois t’arrêter et reprendre. Mais dans ces cas là assures toi de pouvoir la conduire à destination.

Pour savoir si tu appliques la bonne pression, S’intéresser à ses hanches est une bonne technique. Si tu n’appliques pas assez de pression, ses hanches vont avoir tendance à venir renforcer celle-ci et inversement, si tu sens qu’elle se dérobe, c’est que surement tu mets trop de pression dans tes caresses.

Il est possible de questionner verbalement en cas de doute (pas trop non plus) avant, pendant ou après. L’échange peut être réciproque. Attention cependant, cela peut aussi casser la magie du moment.

9/ Tu n’oublieras pas de te protéger pendant le cunnilingus

C’est le dernier point, néanmoins ce point est très important. Il y a beaucoup dIST que l’on peut attraper par des contacts buccaux génitaux. Lors des premières rencontres, et pour les coups occasionnels, tant que vous n’avez pas pratiqué deux tests à 3 mois d’intervalle et qu’aucun des deux n’est allé voir ailleurs, le mieux est d’utiliser une digue buccale. C’est un film fin que tu places entre ta bouche et la vulve de ta partenaire et les échanges se font à travers cette protection.

C’est vrai, ce n’est pas ce qu’il y a de plus glamour, mais parfois il vaut mieux une truc pas joli qu’une saloperie de maladie qui peut t’handicaper à vie voir même te conduire à la mort.

Si tu assimiles et mets en application les 9 points cités ci-dessus, tu verras que tu arriveras plus facilement à amener ta partenaire à l’orgasme. Le cunnilingus est une pratique incontournable si tu veux t’assurer sur plaisir de ta partenaire. Si tu es receveuse, connaître ce qu’il est bon de faire te permettra également de mieux gérer tes partenaires pour qu’ils excellent dans cette pratique pour ton plus grand bonheur.

Tu peux participer à une enquête sur la pratique du cunnilingus en cliquant ici. C’est rapide et totalement anonyme.

Partager l'article

Cet article a 2 commentaires

    1. Oui, il aurait pu aussi, mais la communication est tout aussi primordiale, d’ailleurs l’un va avec l’autre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
libero ultricies lectus ut Curabitur dapibus id elit.