Célibataire – entre la légèreté de la liberté et le poids de la solitude

Célibataire – entre la légèreté de la liberté et le poids de la solitude

J’aurais aimé être plus optimiste pour 2021 en ce premier jour de l’année. Je te souhaite tout de même une très bonne année à venir. Pourtant à cause de la soirée d’hier qui a dû être bien moins festive que d’habitude pour beaucoup de monde, j’ai une pensée particulière pour toutes les personnes qui ont dû la passer en solitaire. Je crois donc qu’il est temps de faire un article spécifique au statut de célibataire. L’est-on par choix ? Quels sont les principaux avantages de cette situation ? Mais y a-t-il aussi de gros inconvénients à se retrouver seul(e) dans son logement ? C’est à ces questions et bien d’autres que je vais tâcher de répondre dans cette article.

Je te propose de commencer cet article en dressant le bilan du célibat. Je parlerai plus particulièrement du cas de la France, mais il est assez symptomatique des principaux pays occidentaux cependant.

1. Es-tu célibataire par choix ?

Que faire ?

On nait célibataire

Je ne vais rien t’apprendre, pourtant on nait tous célibataires et on le reste un bon moment. Il est donc tout à fait normal de trouver le plus haut taux de célibataire pour les 15 – 24 ans avec près de 70 %.

C’est une situation parfaitement habituelle. À 15 ans, on sort à peine de l’enfance, et les études qui deviennent plus longues n’aident pas à l’émancipation de la jeunesse. C’est ce qui apparaît de cette étude du journal Le Monde.

De plus, même si les ados ont souvent des aventures, il n’en reste pas moins qu’ils demeurent durablement chez leurs géniteurs, même après leur majorité.

Pour finir, l’entrée dans la vie active est malheureusement de plus en plus difficile. Il est loin le temps où les entreprises venaient te chercher à la sortie de l’école, une fois le diplôme en poche. Aujourd’hui, certains jeunes adultes ont d’ailleurs une bardée de diplômes pour se donner un maximum de chance pour l’avenir.

Il est donc facile de comprendre que ce premier quart de notre existence (en étant très optimiste) se passe dans un célibat presque forcé.

On quitte le célibat pour la vie de famille

Après 25 ans et jusqu’à 45, les taux de célibataires passent de 30 % jusqu’à 34 ans, à 23 % jusqu’à 44 ans. La tranche des 35 – 44 ans est donc celle où l’on trouve le moins de célibataires. À peine plus d’une personne sur 5 n’est pas en ménage.

Le corolaire à cela, c’est que sur les applis de rencontre, dans cette tranche, il est fort à parier qu’il y a beaucoup de menteurs et menteuses sur leur situation conjugale de fait.

Parmi ces 23 %, il y a les célibataires par choix, mais aussi ceux qui au moment du comptage n’étaient pas en couple, mais faisaient leur possible pour y revenir. Ainsi, je vais tenter une approximation, mais on peut estimer qu’il n’y aurait en réalité pas plus de 30 % de célibataires qui le seraient vraiment par volonté. Donc sur l’ensemble de la population on peut penser que moins de 7 personnes sur 100 seront déterminées à demeurer seules.

C’est en effet assez difficile à évaluer précisément. La plupart du temps, par fierté, lorsqu’on les interroge, il est plus facile de dire que l’on est célibataire par choix plutôt que parce que l’on vient de se faire larguer comme la dernière des merdes.

Cela reste quand même assez rare dans notre culture de renoncer au couple. Celui-ci est souvent poussé par la famille ou la société. La question suivante revient sans cesse :

« Alors, as-tu trouvé un petit copain ou une petite copine ? »

En plus, être seul(e) ne veut pas nécessairement dire que tu as une vie monacale. Tu peux vivre isolé(e), mais avoir un ou une partenaire plus ou moins régulier, des plans Q, etc.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment survivre à une rupture amoureuse à tout âge ?

Tu peux même décider d’élever un enfant en mode célibataire. C’est tout à fait possible. C’est surtout plus simple si tu es une femme. La vie de célibat n’est en rien limitante finalement.

On revient au mode de vie célibataire par accident de la vie

Après 45, le taux de célibataire augmente petit à petit jusqu’à la fin de l’existence. Cependant, il y a une hausse significative entre 45 et 55 ans des personnes qui reprennent une vie solitaire. C’est souvent lié au départ des enfants du foyer. À ce moment-là, le couple déjà à bout de souffle éclate à la suite de retour au face-à-face.

Aujourd’hui, comme il est de plus en plus commun de divorcer, le retour au célibat est plus facile, car bien mieux accepté par l’entourage. Ce n’est pas toujours le cas chez les populations plus âgées où c’est généralement plutôt la mort qui vient séparer les partenaires.

On remarque aussi dans la tranche d’âge 45 et plus, un taux bien plus important de femmes célibataires que d’hommes. Cela peut éventuellement s’expliquer par le fait que les femmes ne voient pas forcément les avantages à se remettre en couple, car trop souvent le partage des tâches domestiques est assez déséquilibré. Donc quitte à tout faire, pourquoi s’embêter à supporter la présence permanente de quelqu’un.

On peut aussi penser que les hommes ont davantage besoin d’être maternés que les femmes. Cela reste une hypothèse, puisqu’il est difficile d’avoir des statistiques sur ce sujet.

2. Les meilleurs avantages d’avoir une vie de célibataire

santé, masturbation culpabilité

Pour bien comprendre ces décisions de vivre de façon autonome, il me parait intéressant de lister les avantages de cette situation.

La liberté

Ce qui vient immédiatement en tête quand on parle de célibat, c’est la latitude à gérer sa vie. En effet, étant entièrement aux commandes de ta propre existence, tes seules contraintes seront celles que tu t’imposeras.

Tes choix seront tous totalement libres et n’engageront que toi.

Indépendance

En choisissant ce mode de vie, tu pourras envisager une indépendance totale vis-à-vis de quiconque. Tu n’auras donc de compte à rendre à personne. Tu n’auras pas non plus besoin quotidiennement d’avoir à justifier tes actions.

Cela t’évitera aussi les problèmes qui pourraient provenir de partenaires pas toujours très sains (maltraitance, endettement, addiction, etc.)

Une mobilité accrue

La vie seul(e) permet de plus facilement déplacer son lieu de travail et son lieu de résidence. En effet, il n’est pas nécessaire de voir les conséquences sur le conjoint pour évaluer l’intérêt d’un mouvement géographique.

Cela offre plus aisément la possibilité de larguer les amarres lorsque le besoin se fait sentir.

Une sexualité à la carte

Le gros avantage d’une vie de célibataire c’est que tu peux t’inscrire sur les sites de rencontre sans devoir mentir sur ton état matrimonial. Car oui, on ne va pas se le cacher, beaucoup de profils sont déjà en couple… mais omettent, par inadvertance sans doute, de le mentionner.

Tu peux aussi décider d’avoir une vie de pleine débauche comme une vie ecclésiastique. C’est toi qui choisis la fréquence de tes rapports (enfin quand tu trouves des partenaires).

En général, ta main est bien souvent ta meilleure amie. Comme on dit, faute de grives on mange des merles.

Suivant les tranches d’âge, les célibataires ne sont pas toujours en reste vis-à-vis de leurs camarades en couples. Les fréquences de rapports sexuels peuvent même être comparables quand on habite dans une grande ville et qu’on a moins de 45 ans d’après les statistiques.

Sans obligation de se conformer aux attentes de la société

Et finalement, cela tombe bien, puisqu’en étant célibataire, il est inutile de se préoccuper de l’image que l’on pourrait faire peser sur son conjoint.

Là, tout ce que tu fais n’engage que toi et ne regarde que toi. Tu n’as donc pas à suivre les injonctions sociétales tant que tu restes suffisamment robuste pour supporter la pression.

Cela rejoint l’impression de liberté chère au cœur des solitaires.

On peut manger ce que l’on veut

Pour finir sur une note un peu plus légère, tu n’auras jamais à te soucier des goûts alimentaires de tes partenaires pour te préparer à manger. Tu pourras suivre tous tes désirs au quotidien.

D’ailleurs chez toi, tu pourras décider de petit déjeuner à n’importe quelle heure sans que cela ne crée un drame. En plus, tu pourras le faire dans la tenue que tu souhaites (et même sans habit si l’envie te prend).

J’aurais aussi pu te dire que tu pourras changer de côté de lit comme tu le veux pour dormir et que jamais tu ne seras réveillé(e) par des ronflements à côté de toi.

3. Quels sont les défauts du mode de vie de célibataire

visage caché femme

Mais, il ne faut pas se le cacher, le célibat n’offre pas que des côtés positifs. Il me semble important d’établir la liste des principaux points qui pourraient te faire renoncer à ce statut.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Les 7 erreurs à proscrire sur les sites de rencontre

Ne pas avoir choisi de vivre en célibataire

Pour commencer, tous les célibataires ne le sont pas par choix. Et non, pour quelques solitaires, la difficulté à retrouver un nouveau ou une nouvelle partenaire leur impose cette situation de vie.

En effet, notre société, à la mode à la consommation de type « fast food », induit de changer de tout de plus en plus rapidement et tout le temps. L’amour en a également pris un coup. Il est souvent plus facile de perdre tes partenaires que t’en trouver un nouveau.

Par contre, tout le monde n’est pas à égalité. Suivant ton degré de confiance en toi, il te sera plus ou moins simple de retrouver des partenaires pour clore ce chapitre de ta vie si l’envie te prend.

L’isolement

De ce fait, un certain nombre de célibataires vivent assez mal la solitude qu’impose le statut. Ce n’est pas toujours facile de diner tous les soirs en tête à tête en face un mur qui ne te sourira même pas.

Et c’est encore plus terrible pour les rendez-vous du calendrier plus dédiés aux couples. Je parle de la période des vacances ou de la Saint-Valentin par exemple.

Pour cette année covidée, l’isolement a été grand pour bon nombre de célibataires qui n’ont pas pu sortir pour des rencontres. Certain(e)s célibataires en souffrent fortement aussi bien physiquement que psychiquement.

En plus, il faut aussi prendre en compte la disparité des situations suivant la région. Il est surement plus facile de croiser du monde à Paris qu’au milieu du Larzac.

Les charges financières

Il faut aussi s’attendre à devoir assumer toutes les charges financières. Le logement pour les célibataires est souvent le poste le plus important de leur budget. De même, un véhicule coute très cher à entretenir.

Je ne te parle pas trop des impôts qui ne sont vraiment pas adaptés pour les personnes seules quand elles sont sans enfant. Très vite, les taxes s’alourdissent.

Pour finir, les biens de consommation sont souvent plutôt pensés pour les familles. Les achats à l’unité vont très rapidement faire maigrir ton portemonnaie.

Les tâches domestiques

Tu auras aussi beaucoup moins de temps pour tes loisirs. En effet, comme tu dois réaliser toutes les tâches ménagères, il n’y a pas d’alternative possible. Même si l’on salit un peu moins en étant 1 plutôt que 2 ou plus, il n’en demeure pas moins qu’un minimum incontournable est requis.

Suivant ton niveau d’exigence, tu pourras avoir au minimum 2 h par semaine mangées par ces activités indispensables.

En plus, tu devras diversifier tes compétences, car tu devras pouvoir effectuer toutes les petites réparations du quotidien. Que ce soit remplacer une ampoule, poser un cadre, ou déplacer un meuble, tu ne pourras compter que sur tes propres moyens. Bon, il y a un réel avantage, c’est qu’au fil des ans, tu peux devenir un véritable Mac Gyver du rafistolage.

La précarité salariale

Une grosse problématique pour les célibataires, c’est la précarité salariale. En étant le seul revenu du foyer, perdre son travail est une catastrophe et la course contre la montre pour en décrocher un nouveau devient vite un enjeu vital.

Il est aussi de ce fait plus difficile de changer d’emploi. Tu prends le risque de ne pas convenir au poste et de te retrouver sur le marché pour inadéquation à la nouvelle fonction briguée.

Même si cela peut permettre parfois de privilégier le boulot à sa vie personnelle sans faire de tord, il n’en demeure pas moins que cela reste un danger.

La sexualité n’est pas spontanée

Sur le plan de la sexualité, elle est rarement spontanée. En effet, tu n’auras certainement jamais sous la main au moment où ton désir monte en flèche, le ou la partenaire nécessaire.

Il te faudra fréquemment au mieux balancer un SMS en espérant que ton sexfriend réponde à l’appel, ou encore sortir chasser à la tombée de la nuit.

Cela retire un peu de sel à ta sexualité qui doit souvent être programmée.

Seul(e) dans le noir

Pour terminer sur cette liste, tu dois garder à l’esprit que lorsque cela n’ira pas fort dans ta vie, tu n’auras pas souvent des bras réconfortants pour te câliner à loisir.

De même le soir dans le noir de ta chambre, tu devras préférer les bras de Morphée aux bras et à la chaleur d’un corps à tes côtés.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Il n’est pas toujours simple de vivre en célibataire. À notre époque les familles sont vite éclatées et l’on peut vite se retrouver de nouveau seul(e). Comme tu as pu le voir, il y a de nombreux avantages à ne pas s’engager dans une vie à deux. Cependant, il y a aussi de grosses difficultés que tu devras surmonter. C’est donc un choix qu’il faut pleinement assumer.

Je t’invite à me dire dans les commentaires pourquoi tu as choisi le célibat ou le couple dans ta vie.

Cet article a 8 commentaires

  1. Aurelie

    La non demande en mariage comme plus belle chanson d’amour… Oui, je suis célibataire 😉 Un article intéressant.

    Pour le poids de la société, en fait il y a justement le fait qu’en avançant dans l’âge, cela peut devenir de plus en plus opressant pour certains de s’afficher comme célibataires, subi ou choisi, surtout pour une femme dont la société attend qu’elle fasse des enfants et soit en couple car trop faible pour affronter la vie seule, Je suis celle qui fait chier sur les plans de table par exemple , ou celle qu’on n’invite pas pour un bon repas élaboré, des pates sur le pouce après un apéro improvisé feront l’affaire, comme si etre célibataire nous mettait en marge des bons codes sociaux. Ca aussi, ca fait partie du package des célibataires. 😉 Je ne rêve pas de la vie de couple, vraiment, trop contraignante pour mon esprit libre. La solitude fait partie du choix de liberté, je l’ai compris il y a longtemps, et je l’accepte. Tout n’est jamais rose dans nos choix, le ying et le yang, toujours. Là où cela devient beaucoup plus difficile, c’est quand ce célibat est subi, comme tu en parles dans l’article. Surtout quand il s’agit de gens qui ont été en couple pendant des années, depuis le lycée ou leurs études, et se retrouvent en fin de trentaine ou début de quarantaines… seuls. Etant célibataire depuis toujours, et fréquentant Tinder, j’en croise de temps en temps. J’ai l’impression cependant que la solitude est beaucoup plus mal vécue par les hommes que par les femmes, mais je me trompe peut-être.

    1. Harmonie Des Corps

      Merci pour ce témoignage très intéressant. Comme tu l’indiques, c’est toujours mieux quand c’est assumé, même s’il y a toujours du pour ou du contre. Sinon, les hommes semblent plus enclin à retourner à la vie de couple, alors que les femmes sont plus nombreuses à rester célibataires quand leur histoire en couple a tourné plus court que prévu.

  2. Julia

    Merci pour cet article Christophe.
    Je pense que l’on aspire à être célibataire quand, justement, toutes les contraintes du couples sont si lourdes… que l’on rêve de liberté.
    Et pourtant, vivre en couple et être libres est tout à fait possible.
    Personnellement, je découvre ce couple dans lequel finalement je n’ai jamais autant fait de choses pour moi 🙂 Je n’ai jamais pris autant de temps pour moi!
    Je trouve que cette notion de couple cache bien souvent du sacrifice, et au bout d’un moment nous « petons forcément un câble ». Alors que nous aurions juste pû poser nos règles avant ainsi que nos besoins 🙂

    Article très intéressant car c’est vrai que le célibat est super à goûter, mais peut être un réel fardeau pour des personnes qui ne supportent pas vivre seules, sans partager leur quotidien.

    1. Harmonie Des Corps

      Merci Julia. Comme tu le dis très bien, il est important de poser les bases de la vision du couple. Cependant, il est tout aussi important de savoir ménager des moments pour soi, sans forcement avoir « l’autre » sur le dos. En clair, il faut essayer d’avoir le meilleur des deux univers même si l’idéal n’existe jamais puisque c’est juste un positionnement de curseurs entre liberté, plaisir, contraintes et désagréments.

  3. Lola Plumeti

    Comme toujours, un article qui nous laisse le choix… Ce qui n’est pas forcément le cas de la société, comme tu le soulignes justement.
    Je pense que de nos jours, nous n’avons plus besoin de suivre un modèle familial (mariage, enfants…), notamment car les ressources de la planète sont limitées et que si nous voulons avancer , nous aurions tout intérêt à être moins nombreux et à partager équitablement.

    1. Harmonie Des Corps

      Tu as raison, il faut s’écouter et ne pas toujours suivre les injonctions de la société. Etre en conscience avec soi-même est toujours le plus important.

  4. marie

    J’adore cet article, je le partage à une amie célibataire. Nous nous comparons souvent toutes les 2. Je rêve d’avoir sa liberté, elle rêve d’avoir ma vie de famille animée.

    1. Harmonie Des Corps

      Merci Marie, En effet, si cela peut aider une de tes amies célibataire, c’est en effet bienvenu de lui partager cet article.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.