Le Vaginisme – des solutions aux pénétrations douloureuses ou impossibles

Le Vaginisme – des solutions aux pénétrations douloureuses ou impossibles

Le vaginisme, ce trouble qui engendre des pénétrations difficiles, douloureuses voire impossibles, rend la vie sexuelle de certaines femmes bien délicate. Dans un couple, cela peut même avoir un effet destructeur pour celui-ci, occasionnant frustration, peine et déprimes pour les partenaires. Les femmes souffrant de cette pathologie trouvent généralement tous les recours imaginables pour éviter toute introduction intime. Pourtant c’est un désordre qui se guérit facilement, d’autant plus qu’il est traité rapidement. Dans cet article, tu apprendras tout ce qu’il faut savoir sur le vaginisme, mais surtout comment le soigner.

Il est bon dans un premier temps de comprendre ce qu’est précisément ce trouble, puis voir quelles sont les conséquences sur le couple. Enfin, je terminerai par les solutions pour s’en sortir.

1. Qu’est-ce que le vaginisme

Qu'est ce que le vaginisme ?

Il est donc important de comprendre ses origines, mais également comment il se manifeste.

Comment se manifeste-t-il ?

Ta vulve semble fonctionner normalement, tu peux uriner sans problème et tu as tes règles. Certaines arrivent même en se masturbant à ressentir de l’excitation et du plaisir. Cependant, dès qu’il s’agit d’introduire quelque chose dans ton vagin, c’est là que les difficultés commencent.

Le vaginisme est une contraction involontaire des muscles du périnée enserrant l’entrée du vagin. Cette contraction va rendre toute pénétration pénible, voire impossible. Elle est engendrée par une peur panique totalement incontrôlable.

Parfois, cela s’accompagne par la fermeture des jambes pour enfermer la vulve entre les cuisses.

La difficulté ou l’impossibilité des pénétrations ne se présentent pas uniquement pendant les rapports sexuels. Cela peut aussi se produire lors d’examens gynécologiques, ou même à l’insertion d’un tampon périodique.

Les victimes de vaginisme ressentent une impression de brulures ou de déchirure au niveau de l’entrée du vagin et dans le vestibule de la vulve.

Le phénomène peut se manifester dès le début de la vie sexuelle, il est alors appelé vaginisme primaire. Il prend l’appellation secondaire quand il se présente plus tard après une période de vie sexuelle.

Pour finir, le problème peut aussi se produire tout le temps. Il peut également apparaitre de façon occasionnelle dans les cas suivants par exemple :

  • dans des situations particulières
  • avec certains partenaires
  • Quand seules les relations sexuelles sont impossibles, mais l’utilisation de tampons hygiéniques reste possible

Quelle est l’origine du vaginisme ?

Dans la très grande majorité des fois, le vaginisme est d’origine psychologique. Pour les très rares symptômes d’ordre physiques, cela provient principalement d’un hymen trop résistant. Une petite intervention chirurgicale permettra d’en venir à bout.

Dans les autres cas, c’est peur de la douleur qui va provoquer un réflexe musculaire du périnée.

Très souvent, cette peur de la douleur émane d’une méconnaissance du corps et de la vulve. Le vagin est pensé à tort comme trop étroit, ce qui le rendrait susceptible d’être blessé par une pénétration. La peur d’être déflorée et de la souffrance supposée associée en imaginant un hymen trop épais pour rompre peuvent faire naitre ce réflexe musculaire également.

La contraction du périnée peut parallèlement venir de traumas (abus sexuels, examen médical trop intrusif, douleurs lors des premières expériences intimes, etc.). Cependant, cela peut aussi être la peur d’avoir un bébé, des conséquences de l’accouchement, de la peur de la relation sexuelle ou du dégout de son sexe.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Ces 6 comportements féminins qui peuvent te faire passer pour un mauvais coup

Pour finir, la crainte des douleurs peut survenir après une période de dyspareunie. Ce sont des douleurs pendant les rapports dont l’origine peut être multiple :

  • Mycoses
  • Sécheresses vaginales
  • Amants trop rapides ou brutaux
  • Dépression
  • Etc.

2. Les conséquences

Ces diverses peurs vont forcément avoir des conséquences sur ta vie, ton intimité et tes relations de couple. Il me semble important que tu comprennes l’ampleur de la gêne que cela peut occasionner, cela t’aidera aussi à en sortir.

La peur

La peur est déjà un problème par elle-même. En effet, elle va te faire entrer dans un cercle vicieux. Ta peur va générer de l’appréhension qui t’incitera à mettre en place une stratégie de l’évitement. Cela va engendrer une réaction corporelle en favorisant les contractions involontaires du périnée par anticipation. Tu vas alors culpabiliser et faire baisser l’estime que tu te portes. Ces contractions vont ensuite provoquer des douleurs si tu tentes une pénétration ce qui induira une diminution radicale de ta libido. Et ainsi de suite, tu auras après de nouveau des craintes quant au prochain essai. Ce sera donc sans fin. Mais dans le chapitre suivant, je t’indiquerai des moyens de t’en sortir.

cycle de la peur du vaginisme

Relation difficile

Que tu sois en couple ou célibataire, ce rapport à ton corps privé de sexualité va avoir un gros impact.

En tant que célibataire, tu vivras tout à fait normalement, tu pourras même entamer des moments séductions. Cependant, dès que la relation commencera à prendre de l’importance et qu’une sexualisation semble devenir imminente, cela va te bloquer et la fuite sera souvent la seule échappatoire.

Ce sera bien pire si tu es en couple, encore plus si c’est dans le cadre d’un mariage. Ton partenaire risque de ne pas comprendre ce mal qui te ronge et faire tout pour arriver à ses fins, c’est-à-dire une pénétration. Pourtant plus il insistera et plus vous vous éloignerez de l’autre. De l’animosité va même s’insinuer entre vous et l’amour disparaitra à cause de la pression, des douleurs et de la culpabilité.

Douleur, honte et chagrin

Tout cela aura un grand impact sur l’estime de soi. Ne pas réussir à avoir une relation sexuelle de pénétration est souvent perçu comme un gros handicap, aussi bien pour toi que pour ton entourage. Tu risques alors de développer un fort sentiment de honte et de culpabilité. Ce sera d’autant plus puissant que tu feras des efforts pour essayer la pénétration. Ces tentatives ne feront qu’amplifier le phénomène.

Cette situation aura de même tendance à te rendre plus triste et tendre vers une déprime du fait des dégradations relationnelles avec tes partenaires masculins.

3. Comment se sortir du vaginisme pour retrouver une sexualité épanouie

Les solutions pour sortir du vaginisme

Pourtant, il est assez facile de s’en sortir, surtout si tu t’en préoccupes tôt et que tu te fais accompagner.

Non ! tu n’es pas seule

Ce mal touche au moins 1 % des femmes. Cette pathologie représente à elle seule entre 5 % et 15 % des consultations liées à la sexualité.

Tu le vois, tu es loin d’être un cas isolé si tu souffres de ce problème. Pourtant très peu de femmes osent en parler. Il existe un compte sur Instagram qui partage des témoignages de femmes évoquant leur vaginisme et leur récit pour en sortir. Ce compte est Balancetonvaginisme.

Parmi les nombreux témoignages, tu pourras constater que beaucoup arrivent à s’en sortir. On remarque que plus le problème est pris rapidement et plus vite cela se guérit.

En moyenne, 4 femmes sur 5 s’en sortent et réussissent à avoir des relations sexuelles satisfaisantes après quelques séances seulement. Cependant pour s’en sortir plus rapidement, il est préférable de se faire aider.

Le but de la thérapie sera de désapprendre à ton corps à se contracter involontairement. Voici les grandes lignes pour te se sortir du vaginisme.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment éviter de recevoir des dickpics non sollicitées ?

Comment s’en sortir ?

En communiquant avec son partenaire

Avant toute chose et comme toujours dans tout ce qui touche la sexualité, il est important d’en parler. Donc c’est un sujet que tu dois aborder au plus tôt dans tes relations.

Dès qu’une nouvelle relation commence à prendre de l’importance, tu l’évoquer avec ton partenaire. Si tu es en couple, tu dois aussi communiquer sur ton vaginisme. En effet, si tu ne l’as pas encore fait, c’est que tu dois toujours essayer de trouver des excuses pour éviter les relations sexuelles. Cela place alors ton partenaire dans un état d’incompréhension et de frustration que tu vas dégonfler en lui expliquant ce qui te touche.

Ensuite ensemble vous pourrez travailler pour arriver à la guérison.

Reprendre le contrôle

Voici les étapes clés pour avancer vers la fin de ton vaginisme lorsqu’il est psychologique (ce qui est le cas la plupart du temps). Ce sont des paliers qu’il faut réaliser à la suite, en ne passant au suivant que lorsqu’il est bien maitrisé et accepté :

  1. Ne pas tenter de pénétration. Cela ne ferait qu’aggraver le mal.
  2. Apprendre à connaitre ton vagin, l’apprivoiser et le ressentir.
  3. Apprendre à détendre le bas du corps en faisant connaissance avec ton muscle du périnée.
  4. Explorer l’extérieur de ta vulve par le toucher, écarter les lèvres et explorer le sillon intérieur, faire l’inventaire des sensations qui te parcourent.
  5. Parcourir l’entrée de ton vagin avec ton doigt que tu auras bien lubrifié sans tenter de l’insérer.
  6. Tenter doucement de presser un peu l’entrée de ton vagin du bout du doigt.
  7. Tenter de faire pénétrer le doigt. Tu pourras commencer par l’auriculaire pour aller ensuite jusqu’au majeur. Le but sera de réussir à l’insérer jusqu’à la seconde phalange. Il faut bien sûr y aller délicatement et toujours en utilisant un lubrifiant.
  8. Une fois que la pénétration avec un doigt aura été rendue possible, faire des mouvements à l’intérieur (vas et vient, des ronds, etc.) pour détendre ton périnée.
  9. Si tu le souhaites, tu peux alors essayer la pénétration à deux doigts. Comme pour la première pénétration d’un doigt, il faut y aller petit à petit.
  10. Si tu es en couple
    1. tu pourras demander à ton partenaire de refaire avec son propre doigt, l’exercice de pénétration. Il faudra y aller progressivement comme lorsque tu l’as fait par toi-même.
    2. Ton partenaire devra ensuite tenter la même chose avec son pénis en érection. Il faudra vraiment y aller petit à petit, quitte à revenir à l’étape précédente à la moindre hésitation ou douleur.

Avec l’aide de séances de coaching

Bien sûr, il s’agit là des grandes lignes, mais tu peux t’en servir. On peut toujours s’en sortir par soi-même, mais c’est en général plus facile et rapide de se faire accompagner. Cela permet de poser des questions, mais aussi d’apaiser les craintes qui pourraient apparaitre et de lever les obstacles bloquants.

Je peux tout à fait t’aider à vaincre ton problème de vaginisme par des séances de coaching spécifiques. Il te suffit de te rendre ici. Tu peux également me contacter si tu as besoin de plus d’information.

Le vaginisme est un trouble très handicapant pour tes relations amoureuses et intimes. C’est pourtant une affection qui peut se soigner surtout s’il est pris rapidement en charge. Le pire pour toi serait de le négliger et de passer une vie de souffrance. Elle sera physique si tu tentes tout de même les pénétrations, ou morale par le doute et la culpabilité qu’elle fera naitre chez chacun des partenaires. Dans tous les témoignages de femmes qui en ont guéri, il y a souvent comme une renaissance avec la découverte d’une sexualité plaisante.

Je t’invite à me dire dans les commentaires si tu as déjà ressenti des douleurs lors de tes rapports et si tu as auparavant souffert ou souffre de vaginisme.

Laisser un commentaire