Pourquoi le syndrome du vestiaire touche-t-il tout le monde ?

Pourquoi le syndrome du vestiaire touche-t-il tout le monde ?

Même si tu ne connais pas l’expression « syndrome du vestiaire », il est presque certain que tu en as fait les frais un jour. Souvent consciemment, mais aussi inconsciemment, tu as dû être affecté(e) par ce problème. Si au départ ce syndrome a été défini uniquement chez les hommes, je t’indiquerai qu’on peut largement étendre ce concept.

Pour regarder cet article sur Youtube, clique ici.

Pour commencer, je vais définir précisément ce syndrome et te montrer que finalement, il n’est pas réservé qu’à la gent masculine.

1. Le syndrome du vestiaire

vestiaire et cadenas

Définition

La définition du syndrome du vestiaire était à la base la honte d’avoir à se déshabiller dans les vestiaires pour des pratiques sportives à cause d’une longueur de verge considérée comme trop petite.

C’est cependant un peu restrictif à mon sens. En effet, il n’y a malheureusement pas que la taille du pénis qui peut engendrer cette peur. Évidemment, elle touche également les femmes qui angoissent d’être comparées avec leurs consœurs pendant l’exercice du changement de tenue. En plus cela peut survenir à tout âge.

Le syndrome se manifeste-t-il que dans un vestiaire ?

Ce syndrome peut apparaître dans tous les lieux où le déshabillage est nécessaire en présence d’autres personnes. C’est souvent des vestiaires avant une pratique sportive, notamment quand ils sont collectifs. C’est aussi très fréquent dans les vestiaires d’école.

En élargissant le phénomène, cela peut pareillement se produire dans tous les endroits où le corps est mis en exergue et partiellement dévoilé, comme la plage, les boites de nuit, etc.

C’est donc bien plus courant qu’on l’imagine et quasiment tout le monde en a un jour subi cet effet pour une raison ou une autre.

2. Le rapport au corps

couple enlacé
Dainis Graveris – unsplash

Le contraste sociétal

Même si aujourd’hui les corps dénudés s’affichent sur les murs et nos écrans, il reste pour beaucoup encore, quelque chose qu’il faut cacher. La vision intégrale du corps est réservée à la sphère privée, voire intime.

C’est cependant très civilisationnel. En effet, dans les pays nordiques, celui-ci est plus facilement mis à nu devant des familiers (parents ou frères et sœurs) que dans nos cultures plus latines. Pourtant il semblerait qu’aux temps antiques, les corps étaient beaucoup plus dénudés, notamment en Grèce et chez les Romains.

La religion a également joué et joue encore un grand rôle dans la dissimulation du corps. Pourquoi doit-on donc le cacher ainsi ?

Se cacher pour se protéger

Tout au début, le corps doit être caché pour le protéger. Mais de qui et de quoi doit-il être camouflé ?

En premier lieu, c’est d’abord pour se prémunir des basses températures que l’on se vêtit. Bien souvent, plus il fait chaud et plus les corps sont exposés. Inversement dans les pays glacés, ils sont emmitouflés pour offrir une protection maximale face au froid pouvant être mortel.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   5 astuces pour te détacher du regard des autres et enfin avancer

Par la suite, ce sont plutôt les idéologies qui ont maintenu certaines parties du corps hors des regards. Le sexe est partout ou presque, jugé comme une région à camoufler. Par contre pour le reste ce fut très variable au fil du temps, mais aussi géographiquement.

Par exemple il y a quelques siècles en France la nuque des femmes fut un morceau de peau que l’on ne dévoilait qu’à son époux.

Aujourd’hui, les seins féminins, les parties génitales et les fesses sont assez largement considérés comme appartenant à la zone d’intimité que l’on n’expose pas en public.

D’un extrême à l’autre

On assiste à la politique du tout ou rien. C’est notamment vrai sur les réseaux sociaux, principalement ceux où les images sont amplement mises en avant. D’un côté, il y a ceux et celles qui vont largement y présenter leur corps jusqu’à la limite d’exposition tolérée par la plateforme. De l’autre côté, il y aura ceux et celles qui préfèreront ne pas aller au-delà de ce qu’ils se permettraient dans la rue.

Ce sont donc deux conceptions différentes d’une même réalité.

À qui puis-je exhiber mon corps sans peur ?

Parfois, la problématique est plutôt qu’il serait mieux que je cache aux yeux de tous ce corps que je n’aime pas au moins sur certains aspects.

Mais alors qu’est-ce qui fait que l’on s’autorise à montrer certaines parties de notre corps et pas d’autres ?

3. Un problème de taille

Trop ou pas assez !

En réalité, c’est bien souvent les volumes qui sont en causes. Tu vas trouver les tiens pas assez importants ou au contraire bien trop gros pour ne pas penser à ce que les autres vont imaginer en te voyant.

En effet, c’est bien encore une fois la peur du regard et du jugement de l’autre dont il est question. Pourtant ce jugement, il nait dans ton esprit et c’est uniquement toi qui le cultives. Cependant, comme je le dis régulièrement, en général, ceux qui t’entourent n’ont aucun avis particulier sur ta plastique.

Il est quand même vrai malgré tout que les jeunes ont tendance à moquer leur prochain. C’est torture à cet âge, car le corps n’est pas encore totalement compris et encore moins apprivoisé.

L’effet du miroir déformant pour expliquer le syndrome du vestiaire

L’image que tu as de ton propre corps est souvent faussée par rapport à ce que les autres perçoivent réellement. Tu te considères constamment comme si tu te contemplais dans un miroir déformant. Tu vas exagérer certaines parties et en minimiser d’autres.

Pour certains, ce sera la taille, la couleur ou l’aspect de leur sexe. Pour d’autres, ce sera leur poitrine trop menue ou au contraire trop opulente. Il y aura aussi ceux et celles qui trouveront que forcément leurs bourrelets sont toujours plus gros que ceux du voisin ou de la voisine et que bien sûr tout le monde ne regarde que ça. À l’opposer, tu pourras te considérer bien trop maigre et envier les personnes avec plus de formes.

Bien évidemment, nous avons tous de petits trucs qui nous déplaisent. Nous pensons d’ailleurs qu’on ne voit que cela et qu’ils sont visibles comme le nez au milieu de la figure. C’est pour cela que tu t’en fais généralement une montagne.

Pourtant ce sont rarement les défauts qui te gâchent la vie que vont remarquer les personnes autour de toi, et encore moins celles qui te porteront de l’intérêt.

4. L’inutilité de se comparer

vestiaire abandonnés

On est comme on nait

Ainsi, il est facile de comprendre que se comparer aux autres ne présente aucun intérêt. Cela ne te fait aucunement progresser, au contraire.

Tu trouveras toujours quelque chose de mieux ailleurs. C’est une évidence. C’est simple à expliquer. Personne n’est parfait. Je dis bien personne.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Le rôle des poils - Ont-ils encore une fonction ?

Donc, ne t’étonne pas si tu as toi-même quelques petits défauts. Bon d’accord, tu peux aussi en avoir de très gros. Mais c’est encore une fois toi seul qui te juges. N’oublie pas que l’on ne te regarde jamais comme tu peux te voir toi-même.

J’ai déjà fait l’analogie avec la voix. Quand tu écoutes ta propre voix qui provient d’un enregistrement, tu la trouves en général étrange par rapport à celle que tu as l’habitude d’entendre de l’intérieur. Pourtant c’est bien celle que perçoivent les autres. Est-elle mieux ? Est-elle moins bien ? Non, elle est juste différente de ce que tu penses qu’elle est.

Des modèles toujours heureux ?

De plus si tu dois te comparer à quelqu’un, ne prends jamais en compte que ce que tu vois. En effet, nous sommes tous et toutes comme les icebergs. Nous ne montrons qu’une petite partie de nous. C’est notre personnage public. Donc lorsque tu envies quelque chose à quelqu’un, tu dois regarder la situation dans son ensemble.

Peut-être que cette personne a un corps de rêve. Mais peut-être aussi que cela lui a valu de subir des attouchements dans sa jeunesse. Si c’était le cas, l’envierais-tu encore ?

En réalité tu te construis (ou te détruis) par rapport à ton histoire et ta façon de vivre. Chacun aura son propre ressenti d’une situation, mais également de son corps.

Ce n’est jamais la taille qui compte

Je voulais finir cet article par le plus important. Et oui, c’est très souvent utile de lire jusqu’à la fin.

Si tu complexes sur les dimensions de ton pénis, tu dois savoir qu’une verge quand elle n’est pas en érection peut avoir une taille très variable. En effet, certaines vont lors de l’afflux sanguin fortement se gonfler. Pour d’autres qui sont déjà assez imposantes au repos, ce grossissement sera bien moindre. De plus dans les relations sexuelles, la taille n’est pas le facteur le plus important pour donner du plaisir à tes partenaires.

Ensuite, tu peux complexer sur la forme de ta poitrine. Elle peut être opulente ou à l’opposé briller par son absence. Elle peut aussi être dissymétrique. Quoi qu’il en soit, cela n’enlèvera rien à ton pouvoir de séduction puisqu’il dépend bien plus de ton attitude et de ton esprit que de ton physique.

Pour finir, quelle que soit ta corpulence, que tu la trouves trop imposante ou au contraire que tu ne rêves que de courbes, cela ne devrait pas modifier ta façon de te comporter avec les autres. Garde en tête que ton corps n’est pas ton esprit et que c’est lui qui réellement te permet d’avancer dans la vie.


Pour résumer, il est facile de tomber dans le syndrome du vestiaire et de se comparer aux autres, surtout physiquement. Pendant ces séances de mise à nu pour un changement de tenue, il te faudra éviter de laisser divaguer ton esprit sur ton corps et sur ce que peuvent en penser ton entourage. Parfois, tu pourras être sujet de moqueries (généralement chez les ados). C’est une réalité, mais rappelle-toi que souvent celui qui attaque l’autre est tout aussi complexé. Par son agression, il va juste détourner l’attention du groupe de lui-même pour le focaliser sur autrui. Garde en tête que le physique n’est jamais ce qui fait un individu, c’est toujours son mental et sa façon de penser. C’est ton bien le plus cher et il faut le cultiver.

Je t’invite à me dire dans les commentaires la dernière fois où tu as eu ce syndrome du vestiaire et si tu as réussi à t’en débarrasser.

Cet article a 2 commentaires

  1. Julia

    Je ne savais pas du tout qu’il y’avait un concept qui s’appelait comme tel.
    J’avoue que les femmes, se comparant énormément, doivent forcément être touchées par ce syndrome.
    D’ailleurs, je n’ai jamais compris que l’on ne permette pas à chacun d’avoir sa propre zone d’intimité.. quand les enfants notamment, doivent se changer.
    Par contre, pour avoir vécu en Finlande, je peux confirmer qu’ils sont très à l’aise avec leur corps ! Enfants et adultes vont au sauna nus, et cela ne dérange personne. Par contre, femmes et hommes sont séparés.
    Je trouve que le rapport au corps est plus sain..

    1. Harmonie Des Corps

      Je crois que malheureusement tout le monde se compare à un moment donné. Après il y a ceux qui n’arrivent pas à passer outre et chez qui cela déclenche du stress voire un refus de se montrer. Il faut quand même garder en tête qu’à part quelques petites différences qui ne changent pas grand chose, nous sommes tous construits sur les mêmes bases.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.