Pourquoi est-il fréquent d’avoir envie d’attacher ses partenaires ? Pourquoi aime-t-on se faire attacher ?

You are currently viewing Pourquoi est-il fréquent d’avoir envie d’attacher ses partenaires ? Pourquoi aime-t-on se faire attacher ?

Dernièrement, je regardais les statistiques du site et j’ai remarqué que l’article le plus vu, bien en tête, était celui où j’expliquai comment bien attacher ses partenaires. J’avoue que j’ai été assez surpris. Je me suis par conséquent demandé ce qui pouvait motiver ainsi les pratiquants. C’est donc ce que je vais t’indiquer ici. Quels sont les effets positifs dans les rôles d’attacheur et d’attaché ? Pourquoi préfère-t-on souvent une situation plutôt que l’autre ?

Pour regarder cet article sur YouTube, clique ci-dessous.

À l’heure où j’écris ce texte, l’article « Attache-moi ! mode d’emploi » a déjà fait plus de 11 000 vues.

1. Pourquoi cet article a-t-il fait plus de 11 000 vues ?

Que faire ?

Un effet à 50 nuances ?

Il est difficile de passer à côté des célèbres films et livres de la saga 50 nuances. Beaucoup de personnes les ont visionnés ou simplement lus. Il est vrai que les livres ont plutôt été dévorés par des femmes. Pour les films, la diversité du genre est plus importante. Je pense que je ferais un article un jour spécifique à ces titres.

Cependant, ce succès n’a pas lancé la mode, mais plutôt a exploité ce fantasme déjà bien présent pour les cordes et des liens pour leur utilisation dans la sexualité.

En effet, on retrouve cela dans un beaucoup de publications antérieures. Que ce soit des productions vidéo, cinématographiques, littéraires ou picturales, les scènes de sexualité entravée sont nombreuses.

C’est aussi pour cela que les pratiques du Shibari sont de plus en plus populaires également.

D’où provient donc cette attirance ?

Soumission et domination

La technique d’attacher ou d’être attaché pendant les relations intimes fait partie du domaine BDSM. C’est justement le B dans cet acronyme qui correspond en anglais au terme Bondage.

C’est donc une pratique qui se veut un peu subversive, même si elle reste de loin celle qui est la plus facilement acceptée et adoptée.

Pour celui qui ligote, cela donne une impression de domination de ses partenaires. Quant à la personne qui se soumet aux liens, cela lui permet de se laisser totalement aller.

La contrainte des liens impose à l’attacheur de diriger la séance alors que pour l’attaché, c’est dans ce cas de se laisser entièrement porter par les fantasmes de ses partenaires.

Il y a donc une forte dissymétrie dans la relation où chacun doit forcément jouer son rôle sans quoi cela ne peut pas fonctionner.

L’importance du consentement

Pour mettre en place cette technique, il faut s’assurer du parfait consentement de la personne qui va se faire ligoter. C’est indispensable.

Tu ne dois jamais au grand jamais, attacher qui que ce soit par la force et la contrainte. C’est, en effet, un jeu que l’on doit produire à deux.

D’ailleurs, tu dois garder en mémoire que lorsqu’il n’y a pas consentement dans une pratique sexuelle, quelle qu’elle soit, cela s’appelle du viol et c’est puni par la loi.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment être un bon partenaire (et faire ainsi durer son couple) ?

Donc la règle absolue, c’est d’avoir l’approbation de tes partenaires. Pour cela, vous pouvez en parler au préalable, ou bien sur le moment, en le demandant ou en le suggérant. Mais tu dois vraiment attendre son accord avant de commencer quoi que ce soit.

Je peux paraitre insistant, pourtant, j’entends tellement de témoignages concernant les manques de respects et de consentement qu’un rappel me semble indispensable

Un point important pour la sécurité

Il est plutôt important de définir un mot d’alerte qui permettra à chacun s’il désire stopper l’expérience, de le prononcer pour que le jeu à deux s’interrompe.

Pourquoi cela ? C’est tout simplement parce que le consentement n’est pas quelque chose que l’on donne une fois pour toutes. Il peut être remis en question à tout moment.

Du côté de l’attaché(e), il peut arriver un moment de panique, de lassitude, de souffrance qu’il ou elle ne souhaite plus endurer. C’est donc important de pouvoir tout stopper à l’aide d’un mot décidé à l’avance.

Pour l’attacheur/euse, parfois, c’est l’engrenage du jeu intime qui va créer une situation ou une action qui sera au-delà de ce qui est convenu ou supportable pour la personne soumise. Sans s’en rendre nécessairement compte, il ou elle va dépasser les bornes acceptées et devenir un danger.

C’est aussi pourquoi il est important d’avoir une confiance absolue entre partenaires et s’assurer ainsi de la bonne exécution de la commande de stop.

Pour commencer, je te propose de mettre en avant ce qui va motiver celui qui va ligoter ses partenaires. Je vais utiliser uniquement le masculin pour des questions de lisibilité, mais bien évidement, on peut mettre tous les genres à la place.

2. Quel plaisir à vouloir attacher ses partenaires ?

Attacher sa partenaire - un homme attache une femme à moitié dévétue dans un batiment désafecté

Envie de contrôle

Pour commencer, il y a bien évidemment l’envie de maitrise que permettent les liens. En effet, en étant la seule personne totalement libre de toutes ses actions, l’attacheur va par nature entièrement contrôler le déroulé de la séance. Cela débute dès le premier nœud posé et s’achève lorsque la dernière attache est ôtée.

C’est ainsi pour l’attacheur un sentiment de toute puissance qui s’invite. Il est libre de réaliser toutes sortes de choses (tout en gardant en tête le besoin de consentement de sa victime). Cette impression de maitrise totale de la situation permet de se libérer des filtres que parfois l’on s’impose.

C’est, en effet, un jeu entre partenaires où chacun a accepté sa position.

Empêcher ses partenaires de bouger

Restreindre les mouvements de ses partenaires permet ainsi d’agir à son rythme sur des endroits généralement très ciblés. Bien souvent, les effets peuvent autant provoquer du plaisir que du déplaisir, en restant toutefois dans la zone acceptée par les deux parties.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   En route vers l'orgasme par stimulation des seins - Les bonnes astuces

C’est justement cet enchainement et la limitation importante des mouvements qui offre une excitation forte aussi bien chez l’attacheur que chez l’attaché. Les liens empêchent alors toute réaction de protection.

Cela évite également à l’attaché de devoir répondre aux actes de l’attacheur. C’est une passivité qui octroie à l’attacheur de se concentrer exclusivement sur ses propres actions. Cela permet souvent d’être plus précis dans ses gestes.

L’acte érotique de venir lier les membres

Il ne faut pas oublier l’aspect visuel qui peut être très excitant. En effet, en attachant sa victime dans une position appropriée, il est possible de créer des poses mettant plus en valeur certaines parties de l’anatomie. Généralement, ce sont les zones érogènes et sexuelles qui sont particulièrement exposées.

On peut également voir cette action comme un authentique art à l’image de la pratique du Shibari. Celui-ci a élevé la mise en place des cordes, des nœuds et des postures comme une véritable œuvre d’art.

C’est beau pour les yeux, mais aussi pour l’esprit.

Pouvoir aller plus loin

Enfin, en attachant ses partenaires, il est souvent possible d’aller un peu plus loin que ce qui serait envisageable sans lien. Cela permet de tester les limites de chacun. Encore une fois, il faut rester dans le respect mutuel, c’est primordial et je ne le répéterais jamais assez. Les dérives peuvent vite arriver si l’attacheur n’y prend garde. Il doit être en veille constante de son attaché.

Pour finir, cela peut permettre aux timides d’avoir l’audace de certaines pratiques qu’ils n’oseraient pas d’habitude. Ils peuvent ainsi petit à petit retrouver une confiance qu’ils n’auraient pas dans une relation classique.

Comme tu peux le voir, attacher ses partenaires peut parfois booster ta libido, alors pourquoi ne pas s’y essayer au moins une fois.

3. Quels plaisirs éprouve-t-on à se sentir attaché ?

Le plaisir d'être attachée - Une femme nue de dos est attachée à un cadre par les bras

Envie de rester dans la passivité

Passons maintenant du côté de la passivité de la personne qui va se faire attacher. Pour elle, ces liens acceptés, mais qui pourront tout de même être proposés par surprise peuvent parfois faire peur.

En effet, rester dans l’inaction lors d’une relation à deux est souvent mal vu. D’ailleurs, l’effet « étoile de mer » n’est généralement pas recommandé en couple. Or là, c’est une passivité plus ou moins totale, bien que subie qui va s’opérer.

Pour l’attaché, c’est l’abandon aux mains de l’autre qui l’attend. Cet abandon permet alors de se concentrer exclusivement sur ce que l’on reçoit sans avoir à se préoccuper à donner en retour. L’amour est à sens unique. Enfin presque, car finalement les réactions et le spectacle offert à l’attacheur seront ses récompenses.

Aimer recevoir sans donner en retour

D’ailleurs, certaines personnes adorent se sentir attachées. Cela leur permet de rester dans une passivité rassurante. Recevoir sans avoir à donner en retour est pour certains un plaisir incommensurable.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   En amour jouer sur plusieurs tableaux - bonne ou mauvaise idée ? Comment savoir si tu en es victime ?

Il n’est plus besoin de se tracasser de ne pas savoir quoi faire et quand, tout vient tout seul. Il suffit de se laisser guider dans cette position de soumission.

Cela permet aussi d’accepter certaines pratiques qui ne l’auraient pas forcément été sans cette contrainte. En effet, cela peut alors sembler plus facile, car imposé par l’attacheur. Bien sûr, tu donneras ton consentement d’une façon ou d’une autre.

L’excitation de la contrainte

D’ailleurs, ces liens vont faire monter la tension, l’appréhension de ce qui pourrait alors arriver. Ton esprit va pouvoir imaginer par avance ce qui va se passer, élaborer un scénario plus ou moins vraisemblable, mais également très palpitant.

L’excitation peut aussi venir du sentiment de vulnérabilité que l’on va éprouver. Se savoir totalement à la merci de l’attacheur va pimenter le moment intime.

Dépasser ses limites

C’est aussi l’occasion de dépasser ses limites. En effet, parfois sans contrainte, il est difficile d’accepter certains gestes ou pratiques. Notre propre jugement de ce qui est convenable ou non peut facilement censurer certaines pensées. Or ici en étant sous la contrainte, finalement, c’est une façon d’excuser des approches, que l’on se dit n’avoir pas vraiment souhaitées.

Et puis, après tout, pourquoi ne pas profiter de cette situation pour les expérimenter ?

C’est de même l’occasion de se focaliser entièrement sur ses sensations. En effet, en étant débarrassé des interactions avec ses partenaires, il est plus facile de se concentrer sur soi-même. Il est ainsi possible de ressentir encore plus fort le plaisir et parfois l’orgasme donnés par son attacheur.

La peur de ce qui pourrait arriver

L’excitation peut aussi être exacerbée par la peur de ce qui pourrait arriver une fois totalement prisonnier. Des frissons peuvent dans certains cas parcourir ton corps rien qu’en imaginant ce que tes partenaires peuvent t’infliger pendant ton immobilisation.

En effet, c’est bien souvent notre propre cerveau qui va être à l’origine de ce décalage entre réalité et fantasme. C’est cet écart qui peut parfois donner des sensations délicieuses à travers tout le corps.

Il y a également un effet de surprise important dans ce genre de situation. Ne pas pouvoir prévoir les prochains gestes appliqués sera habituellement un vrai régal.


Tu peux donc voir qu’il peut être tout aussi agréable d’être attacheur ou encore attaché. Alors, pourquoi ne pas inverser les rôles de temps à autre ? Cela permet à chacun de faire travailler son imagination, mais en outre de donner une belle impulsion à la libido du couple. Tu dois toujours avoir le consentement de tes partenaires et garder à l’esprit que c’est le plaisir qui doit être recherché. Il ne faut jamais tomber dans le côté sombre de l’humiliation et du déplaisir.

Je te propose de me dire dans les commentaires, si tu as déjà réalisé cette pratique et quels rôles as-tu endossés.

Cet article a 4 commentaires

  1. Roland

    Super analyse sur le plaisir du bondage ,mais ce n’est pas toujours facile avec son ou sa partenaire et j’aurais aimé voir un article sur le self bondage

    1. Harmonie Des Corps

      Merci Roland. Je note votre proposition d’article, même si dans le fond c’est assez identique sur les précautions à prendre en tout cas.

  2. Caroline

    bravo pour ton article très complet , je trouve vraiment très intéressant de voir les 2 cotés 😁

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.