5 alternatives écoresponsables pour une sexualité plus verte

You are currently viewing 5 alternatives écoresponsables pour une sexualité plus verte

Après une année 2020 calamiteuse dont les causes sont très fortement liées au réchauffement climatique, à la prédation des terres par l’humain et au pillage des ressources, il serait grand temps de changer nos comportements. On entend souvent parler de modifier ses habitudes alimentaires, d’acheter des biens plus durables, de privilégier l’occasion, etc. Cependant, en matière de sexualité, qu’est-il possible de faire pour préserver un peu la planète et ses habitants ? C’est ce que je te propose de découvrir à travers 5 idées écoresponsables que tu pourrais mettre en pratique.

Pour regarder cet article sur Youtube, clique ici.

J’ai réalisé cet article dans le cadre d’un évènement “Comment passer une année plus écoresponsable” du site Maman zéro déchet. J’apprécie beaucoup les articles qui y sont présentés pour conseils avisés. Je te recommande particulièrement le gommage pour la peau à réaliser toi-même. L’image que l’on renvoie est tellement importante pour la confiance en soi.

1. Des protections hygiéniques féminines écoresponsables ?

serviette hygiénique féminine

Bilan

Chaque femme va avoir en moyen 450 menstruations au cours de sa vie. Elles durent environ 6 jours. Il faut changer les protections hygiéniques au moins 4 fois par jour. Si l’on fait le calcul, cela donne au bas mot 10 800 protections dans une existence.

Ce n’est donc pas négligeable. Depuis les années 50, les protections jetables ont remplacé les solutions présentes par le passé. C’était le côté très pratique et confortable qui fut plébiscité. Les femmes les adoptent pour se libérer l’esprit et pour gagner du temps.

Coûteux à tous les égards

Il y a bien sûr des contreparties à ce sentiment de liberté. Déjà, il y a un coût non négligeable. Ensuite, les processus de production industriels ont introduit des traitements chimiques sur la ouate utilisée. Cela a favorisé l’absorption de substances plus ou moins nocives à travers les muqueuses.

Pour l’environnement, la facture est encore plus lourde. Le coton consomme une quantité d’eau très importante pour être manufacturé. Pour obtenir la blancheur, des produits agressifs sont appliqués. Quand on rajoute à cela l’industrialisation nécessaire à la production de masse, le transport, l’empaquetage et le système de distribution, l’impact est fort.

Des alternatives plus vertes existent

Pourtant des solutions pérennes existaient déjà depuis fort longtemps, et l’on commence à les redécouvrir.

Les culottes de règles

En premier lieu, les culottes de règles reviennent en force. Elles sont de plus en plus esthétiques et invisibles. Elles préviennent mieux des fuites par des formes élastiques ajustées. Il y en a pour tous les goûts ou presque. Plusieurs marques (ex fempo) sont disponibles. Elles se lavent en machine et sont réutilisables. Elles permettent toutes les activités qui étaient possibles avec les serviettes hygiéniques. De nombreuses utilisatrices témoignent en leur faveur.

Les coupes menstruelles

Ensuite, c’est aussi un autre retour, celui des coupes menstruelles. Je dis « retour », car existaient déjà des modèles à la fin du XIXe siècle. Aujourd’hui, les coupes sont en silicone. Certes, ce n’est pas recyclable, mais elles sont réutilisables presque à l’envi. Elles viennent s’insérer comme les tampons à l’intérieur du vagin. La mise en place est relativement simple et convient à de nombreuses femmes. Il existe plusieurs fabricants de cups, ce qui les rend facilement accessibles.

Ce sont des alternatives fiables, largement réutilisables qui auront donc un impact fort d’un point de vue individuel sur l’empreinte que tu laisseras. En plus économiquement, c’est très intéressant.

2. Les préservatifs

préservatifs masculins

Une protection efficace

Le préservatif est aussi un produit fabriqué à grande échelle. On estime qu’il s’en vend 27 milliards chaque année dans le monde. C’est énorme.

Ici, je ne vais parler que de l’aspect contraceptif. Le préservatif demeure à ce jour la meilleure des protections contre les infections sexuellement transmissibles (IST). Donc tant que tu ne pratiques pas une sexualité régulière et exclusive avec une personne saine, son utilisation reste indispensable.

Des alternatives anti-conception

Toutefois, il est possible d’avoir une contraception masculine plus écologique. Cela va aussi ravir les hommes qui se plaignent de ne plus rien ressentir dès qu’ils enfilent la cagoule.

Ces solutions sont totalement réversibles. Il faut en général trois mois d’utilisation pour que l’effet soit effectif. Ce sont les slips et anneaux chauffants. Ces deux dispositifs agissent de la même façon. Ils permettent de maintenir les bourses et donc les testicules des hommes contre leur corps. La chaleur va bloquer la production des spermatozoïdes. Il y a toujours éjaculation, mais celle-ci n’autorise plus la fécondation.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Sexualité et violence, un mariage compliqué

C’est assez difficile de dénicher des slips chauffants, mais pas impossibles. Il existe en outre des patrons en ligne pour les fabriquer soi-même. Attention, il est nécessaire de bien respecter les directives pour qu’ils restent efficaces.

Au vu de la rareté des boutiques qui vendent ces dispositifs, on peut penser que les hommes sont quelque peu réticents à se retrouver stériles même temporairement. Pourtant c’est totalement réversible quelques semaines après avoir arrêté le port.

3. Remplacer la pilule par des solutions plus écoresponsables

plaquette de pilules contraceptives

Les premières pilules contraceptives apparaissent dans les années 60. Ce fut une révolution pour les femmes puisqu’elles pouvaient facilement réguler leur fécondité. On peut donc comprendre à juste titre l’engouement fort pour celle-ci.

La libération a un coût !

Cependant, c’était sans compter sur les désordres qu’elle allait produire aussi bien sur le plan planétaire que dans le corps des femmes elle-même.

Tout d’abord, les industries de la santé produisent de nombreuses pilules contraceptives différentes. Pour cela, il faut des matières premières pour fabriquer les hormones de synthèses. De plus, les conditions radicales de conception imposent une consommation d’énergie importante (air conditionné et filtré), nettoyage très régulier, etc. Les plaquettes en plastique et aluminium servant d’emballage n’étaient pas recyclées jusqu’à présent.

Un impact sur la faune

Ensuite, une partie des hormones ingérées ainsi sont évacuées dans les urines. Ce sont donc des flots d’hormones féminines qui arrivent dans les fleuves perturbant fortement la reproduction des animaux aquatiques, notamment les poissons.

Des effets secondaires notoires

Après 60 ans d’utilisation, les effets secondaires de ces pilules sont quand même nombreux. Elles peuvent engendrer chez la femme une prise de poids, la baisse de la libido, des troubles de l’humeur pour les désordres les plus courants. Toutefois, la liste est longue comme le bras. Beaucoup de femmes se tournent vers d’autres moyens de contraception.

Cependant, même si l’on parle beaucoup de la charge mentale de supporter la contraception du couple, il est aussi important d’être certaines du devenir de son corps. En effet, après l’acte en cas d’incident (par oubli par exemple de la part de l’homme), c’est quand même la femme qui en supportera tous les désagréments. Je ne crois donc pas trop à la contraception partagée à part avec des partenaires fixes.

Deux solutions durables et écoresponsables

Les alternatives durables pour la contraception féminine ne sont pas légion. J’en compte réellement deux.

Le premier est le stérilet en cuivre. Malgré ce qui était affirmé par le passé, il peut être implanté même chez une personne qui n’a pas eu d’enfant. Il est adapté pour la plupart des femmes et ne doit être changé que tous les 5 ans.

Ensuite, il y a le diaphragme qui se place au fond du vagin devant le col de l’utérus un peu avant un rapport. Il est possible de le réutiliser plusieurs fois. Cependant, sa pose nécessite un peu de dextérité et ne convient pas vraiment pour les premiers rapports.

Tout comme la pilule, ces dispositifs ne protègent néanmoins pas des IST.

4. Les jouets sexuels

sextoy vibrant

Une industrie pesante

S’il y a bien un geste écoresponsable immédiat que tu peux faire, c’est avec les jouets dédiés à la sexualité. Leur production est énorme. Le secteur pèserait plus de 22 milliards de chiffre d’affaires dans le monde par an. C’est colossal. Comme toutes les productions de masse, il y a un immense gâchis sur les ressources et énergies utilisées pour satisfaire ce marché.

Ils mobilisent des ressources importantes

D’un côté, il y a les matériaux employés qui sont principalement en plastique fréquemment non recyclable issus du pétrole. En 2020, on ne sait toujours pas recycler le silicone qui recouvre de plus en plus de jouets par exemple. Il y a aussi les sextoys usant d’électronique et de moteurs pour lesquels il faudra en plus des batteries souvent noyées à l’intérieur du produit. Ces composants nécessitent des métaux précieux, des éléments chimiques rares qui demandent de creuser dans les sols pour les extraire.

ils peuvent nuire à ta santé

Je n’ose pas non plus parler des plastiques de mauvaise qualité, qui peuvent laisser s’échapper des particules qui vont entrer dans ton corps par inhalation ou par contact avec les muqueuses. Cela risque au fil du temps d’engendrer des effets délétères sur ta santé. En plus les sextoys vibrants ne sont pas toujours bien utilisés et peuvent ainsi troubler ta sexualité.

Vers des plaisirs durables

Tu peux dès lors très facilement faire un geste pour toi et la planète, sans pour autant réduire ton plaisir. Pour cela, il est nécessaire de bien sélectionner tes jouets sexuels. Il est préférable de choisir des produits faits dans une matière naturelle ou recyclable. Le verre, le métal et le bois sont donc à privilégier. Ce seront en effet des compagnons d’une vie et si vraiment tu souhaites t’en débarrasser, ils pourront avoir une nouvelle utilisation sous une autre forme. Tu devras cependant accepter de ne pas avoir d’amis vibrants, mais rassure-toi, on peut largement s’en passer.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Pourquoi le syndrome du vestiaire touche-t-il tout le monde ?

J’ai interviewé dernièrement un fabricant de jouets en bois dont la première préoccupation était d’avoir une fabrication éthique.

Tu peux également privilégier des objets de ton quotidien que tu pourras détourner de leur fonctionnalité première.

Comme tu le vois, il est possible avec un peu d’imagination et en sélectionnant bien tes achats de prendre beaucoup de plaisir sans ruiner la planète.

5. Les fleurs

bouquet de fleur

Et maintenant si je te disais que le geste d’offrir des fleurs même s’il est une démonstration d’amour ou d’amitié est surtout très mauvais pour la planète.

Etat des lieux

Pour comprendre cela, il faut étudier un peu ce marché. En Europe, les Pays-Bas sont les principaux pourvoyeurs de fleurs, mais ce ne sont pas les seuls. Pour en avoir toute l’année, ils ont recours à une agriculture intensive où les pousses sont forcées. Pendant les saisons froides il faut que les plantes se sentent en condition de fleurir comme au printemps ou en été. Elles sont ainsi cultivées sous serre où l’atmosphère est chauffée et l’éclairage est artificiel.

Que ce soit des fleurs coupées ou en pot, les techniques sont les mêmes pour les amener à maturité le plus rapidement possible. Ensuite une fois récoltées, il faut les faire parvenir dans les magasins. Il y a quotidiennement plusieurs camions qui débarquent à Rungis pour alimenter tout le marché de l’Île-de-France. Pour certaines destinations et productions, c’est par avions que les acheminements sont effectués. Ce ne sont donc pas des marchandises sans impact sur la planète, même si ce sont des végétaux (qui absorbent certes un peu de CO2).

Les alternatives envisageables

Ainsi, au lieu de faire des cadeaux floraux, je vais te proposer des alternatives qui seront bien plus respectueuses.

En réalité en offrant des fleurs on espère offrir des plaisirs. C’est pour le plaisir de recevoir, le plaisir des yeux, celui du cœur. Mais tu en conviendras, il est envisageable de donner du plaisir tout autrement.

Heu ? Mais à quoi penses-tu là d’un coup ? Non, il n’y a pas que les câlins horizontaux, quoique c’est aussi sympa.

Voici une liste d’alternatives que tu devrais préférer aux fleurs :

  • Tu peux offrir un plaisir culinaire, en réalisant toi-même un repas fait avec des produits locaux le plus possible. L’application Yuka peut t’aider à trouver les aliments de saison. Tu peux également si tu cuisines aussi bien qu’un fer à repasser sait nager, inviter ton ou ta partenaire dans un restaurant. Pour trouver un restaurant écoresponsable, je t’invite à utiliser par exemple le site www.placetobio.fr ou encore www.greenraid.fr pour dénicher un bon restaurant pas loin de chez toi.
  • Il est de même possible d’offrir des créations d’artisans locaux que tu trouveras sur la plateforme Etsy.com. Tu pourras y chiner de nombreux produits fabriqués avec soins et parfois sur mesure. Non seulement ce sera la plupart du temps des réalisations uniques, mais en plus cela fait fonctionner l’artisanat. C’est une bonne façon de faire plaisir.
  • Pour finir, tu peux aussi offrir une attention particulière, comme préparer une soirée à deux, en sortant le grand jeu. Tu veilleras à avoir une chouette tenue pour ce moment. Ce pourra être une soirée dinatoire avec musique dansante ou douce, quelque chose à boire et lumière tamisée. Si le trip de ton couple c’est plutôt de faire la fête, une réception surprise avec des amis autour d’un thème spécifique pourra enchanter ta moitié, etc. Comme tu le vois, il n’est pas toujours nécessaire de dépenser beaucoup d’argent pour faire plaisir. C’est bien souvent l’intention, la surprise et l’investissement que tu y engageras qui vont rendre ce moment plaisant et pourquoi pas inoubliable.

Alors c’est vrai, tu ne vas pas sauver la planète même si tu mets à profit ces conseils en appliquant à la lettre ce que je viens de te mentionner. Cependant, rien n’évolue si personne ne bouge. En plus si l’on peut allier gestes écoresponsables, couple, plaisir, amour et harmonie, pourquoi s’en priver ? Je te convie donc à essayer pour 2021. Janvier est le mois propice pour de bonnes résolutions. À toi de te lancer.

Je t’invite à me dire dans les commentaires si tu as déjà des pratiques écoresponsables dans ton couple ou dans ta sexualité.

Cet article a 4 commentaires

  1. Efi

    Cher Christophe ! Merci pour ton bel article, bien complet et riche en référence ! Comme je t’ai dit, j’aimerais bien tester le slip chauffant.. Enfin, faire tester à mon mec, j’trouve l’idée géniale ! C’est vrai, pourquoi c’est toujours à nous les femmes de se décarcasser pour la contraception…

    1. Harmonie Des Corps

      Merci Efi. Pour les slips chauffants, c’est assez compliqué d’en trouver déjà fabriqués (Il y a un lien vers des modes d’emploi pour en fabriquer soi-même). J’ai également mis un lien vers la solution d’anneaux « chauffants » qui sont plus simples à trouver dans le commerce. Tu as raison, dans le partage, la contraception peut aussi être équitablement répartie. Surtout que la pilule est vraiment malsaine pour soi et pour l’environnement.

  2. Elise

    Merci pour ce partage très intéressant 😊 en ce qui concerne les fleurs, je prends un peut de temps au printemps pour aller cueillir des fleurs pendant mes promenades et les fait sécher 😁

    1. Harmonie Des Corps

      Merci Elise pour ce témoignage. C’est en effet une bonne idée de réaliser des bouquets de fleurs séchées afin de les offrir pour plus tard.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.