Je n’aime pas le sexe ! C’est grave Docteur ?

You are currently viewing Je n’aime pas le sexe ! C’est grave Docteur ?
Erke Rysdauletov - Unsplash

Suis-je normal(e) de ne pas aimer la sexualité ? Mon ou ma partenaire n’apprécie pas les rapports charnels, que puis-je faire ? Pourquoi est-ce que je ne trouve pas d’intérêt à avoir des relations sexuelles ? Ces questions sont posées bien plus fréquemment qu’on pourrait le penser. C’est pourquoi il me semble important de se pencher sur les personnes qui n’aiment pas ou n’aiment plus faire l’amour dans cet article.

Clique ci-dessous pour regarder cet article sur YouTube.

Avant de commencer, je souhaite préciser ici que je vais uniquement parler des personnes qui ne font pas ou plus l’amour, mais dont cette absence ne provoque aucune gêne ni aucune souffrance. C’est important de le spécifier, car il y a aussi beaucoup de gens qui ne pratiquent pas par contraintes, mais qui aimeraient désespérément pouvoir le faire.

1. Qui sont ces personnes qui n’aiment pas faire l’amour ?

amour difficile

Ceux qui n’ont jamais eu envie

Même si cela peut paraitre étrange à beaucoup, les pulsions sexuelles peuvent être absentes chez certains individus. Il est vrai que c’est une sorte d’anomalie puisque spontanément nous sommes destinés par la nature à perpétrer l’espèce comme chaque être vivant de cette planète.

Certaines personnes n’ont donc pas été pourvues de cette appétence pour le sexe. C’est un trait rare tout de même, sinon, l’humain n’aurait pas prospéré de la sorte. Des chercheurs tendent à penser que cela se joue dans les premiers moments de la grossesse et que l’équilibrage hormonal que reçoit le fœtus n’est pas optimum. Les causes sont encore mystérieuses. Souvent, il est constaté des taux de certaines hormones en dehors des normes dans leur circulation sanguine.

Pour une autre catégorie de sujets, c’est un refus totalement délibéré de la sexualité. Je ne parle pas ici des religieux qui suivent un dogme, mais vraiment d’une volonté de ne pas avoir de relations sexuelles. Les raisons peuvent être diverses, je les évoquerai un peu plus loin dans l’article. C’est la conscience qui va prendre le dessus sur le corps et sur les effets hormonaux.

Ceux qui n’ont plus envie après avoir expérimenté

Dans le prolongement de l’action du cerveau sur le corps, il y a aussi le groupe qui a déjà eu des relations sexuelles par le passé, mais qui choisissent de ne plus pratiquer. Parfois, c’est par contrainte.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Pourquoi tombes-tu toujours sur de mauvais partenaires en couple ?

Dans ces cas-là, il y a très souvent une cause identifiée et conscientisée par la personne. Elles peuvent être variées. C’est une décision prise alors en tenant compte du contexte de vie, du ressenti et des valeurs de chacun.

D’ailleurs, ce n’est pas nécessairement définitif. Il est possible que ce manque d’attrait reste temporaire. Attention, ici, on ne parle pas en mois, mais plutôt en années, voire en dizaine d’années.

Ceux qui préfèrent dépenser leur temps et leur énergie dans d’autres pratiques

Pour finir, il y a aussi les personnes qui n’ont rien contre la sexualité, mais qui n’ont tout simplement pas le temps pour celle-ci. Ce sont souvent des individus qui ont des passions excessives et qui vouent tout à celles-ci.

Ces passions peuvent être leur travail qui les accapare. Pour d’autres, ce sera leur statut au sein de la société, ou encore un art qui les transcende, un sport dévorant, etc.

Le plaisir fort que d’autres éprouvent au travers de la sexualité est ici complètement compensé par cette activité.

L’effet pourra être très proche du ressenti lors de l’excitation sexuelle. Un résultat particulièrement brillant ressemblera à un plaisir (quasi) orgasmique. Le cerveau ayant alors son compte d’hormones du plaisir et de la satisfaction, il n’aura alors plus besoin d’apport supplémentaire.

Tu dois garder en tête que nous ne sommes qu’une machinerie chimique.

2. Diverses raisons à ne pas aimer la sexualité

Libération de la parole

Voici maintenant les principales origines de ce manque d’attrait pour la sexualité.

La douleur

Une cause fréquente du rejet de la sexualité est la douleur qui est engendrée lors des rapports. Cela touche plus souvent les femmes que les hommes, même si ceux-ci peuvent être affectés.

Du côté féminin, c’est principalement causé par un vaginisme. Cela se guérit dans la plupart des cas, je propose un accompagnement spécifique pour cela.

Du côté masculin, cela peut être dû à un prépuce pas assez souple qui ne permet pas de décalotter le gland. Cela provoque une sorte d’étranglement. Une petite opération chirurgicale peut facilement en venir à bout en retirant le morceau de peau causant le problème. Cela peut aussi être causé par une courbure trop prononcée de la verge.

Un trauma

Il est possible également que le refus de sexualité provienne de traumatismes. Le viol ou l’agression sexuelle va créer parfois chez les victimes un rejet des zones associées à l’acte.

Parmi les barbaries dont est capable l’humain, les femmes ayant subi une excision peuvent aussi avoir un blocage total par la suite. Pour rappel, c’est l’acte abominable de sectionner la partie externe du clitoris.

Il est aisé de comprendre que ces traumatismes peuvent ensuite peser lourdement sur la vie intime de chaque victime.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   L'histoire d'une rupture - Apprendre à mieux les surmonter

Le manque d’envie

Une autre cause peut provenir d’un simple manque d’envie. Cela arrive lorsque la libido dans un couple s’est totalement éteinte et qu’aucun des partenaires n’a plus goût à la sexualité. Même si cela peut paraitre assez étrange, il faut savoir que cela advient plus souvent qu’on ne le pense. Tant que les deux partenaires n’en souffrent pas cela n’a d’ailleurs aucune conséquence.

Pas de plaisir

Ce peut être aussi l’absence de plaisir qui est à l’origine d’un rejet de la sexualité. En effet, sans plaisir, l’acte peut sembler barbare et déplacé. Après tout, c’est le rapprochement d’un corps étranger que l’on n’a pas forcément envie de côtoyer de si près.

La sueur de l’autre, les odeurs peuvent alors repousser fortement, sans parler des fluides corporels.

Sans plaisir, on se lasse très vite de l’acte en lui-même qui ne représente plus trop d’intérêt.

La sexualité de mon ou ma partenaire ne me convient pas

Ensuite, dans un couple, les envies sexuelles peuvent être littéralement opposées. C’est vrai qu’au début d’une relation chacun y met du sien pour essayer de rester dans ce qui est accepté pour les deux. Cependant, au bout d’un moment, le naturel reprend le dessus et l’incompatibilité se fait alors criante.

Pour expliciter cela, je vais te proposer un exemple. Supposons qu’un des partenaires a une sexualité très sage, alors que l’autre va avoir des envies de soumission, voire de se faire infliger de la douleur par son ou sa partenaire. Or si celui-ci ou celle-ci n’arrive pas donner cela, la sexualité devient par conséquent totalement incompatible. C’est parfois la fin des relations dans le couple, car personne n’y prend plus de plaisir.

Un dérèglement hormonal

Je vais terminer par les problèmes hormonaux qui peuvent annihiler toute envie. Ces problèmes peuvent être présents dès la puberté ou arriver plus tard pour diverses raisons. Il faut garder en tête que la libido est générée en partie par les hormones, mais également par l’intellect. Cependant, si celui-ci n’a jamais ou n’est plus sollicité, la pénurie hormonale ne pourra pas être supplée.

Certains traitements hormonaux peuvent également perturber la libido. Par exemple, ceux qui sont malheureusement prescrits lors de la ménopause.

C’est aussi le cas chez les personnes en transition de genre, notamment du genre masculin vers féminin, la testostérone étant mise en sommeil.

Ces troubles hormonaux vont peser sur l’envie qui se fera parfois timide, mais plus souvent inexistante. Sans désir, le passage à l’acte est généralement mis de côté.

3. Comment réagir quand l’un des deux partenaires ne souhaite plus de relations sexuelles ?

couple dos à dos au lit avec smartphone
Shvets Production – Pexels

Lorsque dans un couple, les deux partenaires sont tous les deux sans besoins de rapports sexuels, tout va bien. C’est au contraire quand seul l’un des deux partenaires ne veut pas avoir de relations que cela devient compliqué. Voici quelques solutions à envisager.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Les 7 erreurs à proscrire sur les sites de rencontre

Trouver un compromis

Tout d’abord, si la communication est bonne dans le couple, il est important de s’en servir pour essayer de trouver un compromis. Je rappelle que je propose pour les couples ayant des difficultés de communication, une formation spécifique à ce propos.

Faire des compromis n’est jamais simple, car il faut savoir donner un peu pour recevoir un peu. C’est frustrant.

Celui qui est en demande va devoir revoir ses besoins à la baisse, et pour le second partenaire, accepter parfois de se plier au plaisir de l’autre.

Pour que cela fonctionne, il est impératif d’avoir des échanges réguliers. Cette solution a le désavantage de ne contenter vraiment personne.

Se séparer

Une autre alternative est de prendre conscience que malgré l’amour que l’on peut avoir l’un pour l’autre, cela ne sera pas suffisant pour assurer le bonheur et l’équilibre attendus par chacun. Il arrive parfois que l’on ne soit plus totalement compatible.

La séparation pourra donc être la seule solution pour que chacun puisse ensuite s’épanouir de son côté. La rupture sera surement difficile. C’est, en effet, un moment délicat à vivre.

Chacun voguera en second lieu vers de nouveaux horizons qui lui permettront d’éclore dans une relation qui sera plus en adéquation avec ses attentes.

La vérité est ailleurs (C’est Mulder qui le dit !)

Pour finir, il est également possible, dans des couples plus ouverts d’esprit d’accepter que celui ou celle qui a plus de besoins puisse aller les assouvir à l’extérieur du couple.

Bien sûr, il sera nécessaire de dresser des règles précises qu’il faudra alors scrupuleusement respecter. Ce n’est pas non plus à la portée de tout le monde.

D’une part, cela peut émaner d’un petit accès de jalousie qui peut à ce moment-là déstabiliser le duo.

Cela peut aussi provenir de sentiments qui naitraient de ces relations externes et qui viendraient par conséquent déséquilibrer le couple légitime.

C’est un mode de fonctionnement plutôt délicat pour le couple.


Voilà, j’espère maintenant que tu en sais un peu plus sur l’absence de sexualité dans un couple. Même si cela reste assez rare, il n’en demeure pas moins que tu peux un jour y être confronté(e). Quelle qu’en soit l’origine, il est important de bien la comprendre pour ne pas culpabiliser de cette envie qui n’est pas présente comme chez les autres. Il faut garder en tête que chacun a sa propre sensibilité, mais aussi sa propre vision de la sexualité et que c’est totalement normal.

Je te propose de me dire dans les commentaires si tu as déjà eu une période où tu as mis la sexualité en arrière-plan.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.